Allocution de l’Ambassadeur des États-Unis d’Amérique – Feed the Future 2.0 – 14 novembre  2017, Dakar

Allocution de l’Ambassadeur des États-Unis d’Amérique
Dr. Tulinabo S. MushingiAtelier
Feed the Future 2.0
14 novembre  2017
Novotel Hotel, Dakar

 

Monsieur le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural,
Mesdames et Messieurs les représentants des ministères, agences et services techniques de l’Etat,
Mesdames et Messieurs les représentants de la société civile et des organisations de producteurs,
Mesdames et Messieurs les représentants du secteur privé,
Mesdames et Messieurs les représentants des Universités et des centres de recherche,
Mesdames et Messieurs les représentants des Partenaires Techniques et Financiers,

 

Je voudrais d’abord vous remercier de votre présence et de votre participation à cet important atelier. Après cinq ans de mise en œuvre réussie de Feed the Future, je suis heureux que le Sénégal ait été sélectionné comme pays cible pour la seconde phase de cette importante initiative du gouvernement des États-Unis.

Depuis son lancement en 2009, Feed the Future a œuvré à travers le monde pour réduire la pauvreté, la faim et la malnutrition. Ainsi, elle a contribué à sortir plus  9 millions de personnes de la pauvreté et touché la vie de millions d’autres.

Aujourd’hui, nous continuons à nous appuyer sur ces réalisations en utilisant une approche durable, inclusive et tournée vers l’avenir. Pendant de nombreuses années, la communauté internationale est intervenue pour acheminer l’aide alimentaire vers des régions confrontées à des cycles répétés de sécheresse et autres catastrophes. Cette forme d’intervention est fort utile, mais ne traite que les symptômes et non les causes profondes.

Feed the Future cherche à briser le cycle des catastrophes suivies de réponse humanitaire. Nous attendons avec impatience le jour où l’aide alimentaire d’urgence ne sera plus nécessaire et où les communautés seront suffisamment équipées et résilientes pour faire face à une crise environnementale ou relever un défi économique.

Au moment où Feed the Future entre dans la deuxième phase de sa mise en œuvre, nous concentrons nos efforts dans douze pays, dont le Sénégal, qui font montre d’un leadership national fort et d’un réel potentiel de croissance.

Je pense que nous pouvons tous convenir que l’élimination de la pauvreté, de la faim et de la malnutrition  est une nécessité absolue pour le Sénégal, mais également pour la prospérité à travers le monde.

Cependant, la grande question que l’on se pose est toujours de savoir  comment faire pour y arriver.

Je voudrais, dans ce cadre, partager quelques leçons importantes que nous avons apprises.

Tout d’abord, il est important de savoir que des marchés forts favorisent une réduction durable de la pauvreté, de la faim et de la malnutrition. Notre expérience nous a appris que les agriculteurs, les entrepreneurs et les dirigeants sénégalais sont disposés à investir dans le développement économique et disposent des capacités nécessaires pour le faire.

Par exemple, j’ai récemment visité la vallée du fleuve Sénégal où j’ai rencontré l’Union des Femmes Productrices de Ross Béthio. Elles m’ont dit comment, grâce à l’appui de Feed the Future, elles ont eu accès au crédit, acquis des compétences en matière de développement d’entreprises et bénéficié d’opportunités de formation technique offertes par le ministère de l’Agriculture. Ainsi, leur petit groupe de femmes cultivant 20 hectares est devenu une organisation de plus de 1000 membres disposant de plus de 200 hectares et de leur propre marque de riz. Ceci est un bel exemple de ce que Feed the Future peut réaliser.

Deuxièmement, un environnement naturel sain est fondamental pour renforcer la résilience et la croissance économique inclusive. Et nous avons vu que les catastrophes naturelles, exacerbées par la dégradation de l’environnement, nuisent aux plus aux pauvres.

Mais nous avons également constaté que l’implication de la société civile, du secteur privé et des pouvoirs publics peut s’avérer très efficace pour la gestion des ressources naturelles. Par exemple, Feed the Future travaille avec les Comités locaux de pêche artisanale pour réduire la surpêche et préserver la santé des stocks des stocks de poissons considérables importants dont dispose le Sénégal.

Enfin, le développement durable passe par le renforcement des capacités des acteurs, institutions et systèmes locaux. Nous avons plus de succès lorsque nous travaillons en partenariat – avec le gouvernement, le secteur privé et la société civile. Par exemple, grâce aux partenariats public-privé dirigés par le ministère de l’Agriculture avec l’aide de Feed the Future, les rendements agricoles augmentent  et la disponibilité de semences certifiées au niveau local a quadruplé.

Chacun ici présent a joué un rôle dans les progrès que le Sénégal a réalisés à ce jour. Nous avons accompli beaucoup de choses ensemble. Cependant les succès futurs dépendront de votre engagement et de votre détermination continus.

Je vous remercie encore une fois d’être présents à cet atelier et vous encourage à y participer pleinement, à exprimer vos idées, à poser des questions et à partager votre expertise. Comme le dit un célèbre proverbe africain: «  Tout seul, on va plus vite, ensemble on va plus loin  « .

Je vous remercie de votre aimable attention.