Allocution de Madame Martina Boustani- 241ème Anniversaire de l’Indépendance des Etats-Unis, 28 juin 2017

Allocution de Madame Martina Boustani,
Chargé d’Affaires, a.i.
A l’occasion de la célébration du 241ème Anniversaire de l’Indépendance des Etats-Unis

Ambassade des Etats-Unis
Dakar, Sénégal
Mercredi 28 juin 2017

(Telle que préparée)

Monsieur le Ministre des Forces Armées, représentant le Gouvernement du Sénégal,
Mesdames, Messieurs les Membres du Gouvernement,
Chers Collègues et Membres du Corps diplomatique,
Chers Invités, Amis et Compatriotes,
Mesdames, Messieurs,

(Wolof) : Assalam Aleikoum!  Mangui lène di gereum ci sène tééway fii ci Ambassade Etats-Unis.

(Phonetic pronunciation):  Assalam Aleikoum!  Mahn-GEE lehn dee G’R-um chee sehn TAY-waj fee chee Ambassade Etats-Unis.

(Traduction en français): Bonjour. Je voudrais tout d’abord vous remercier d’être ici ce soir parmi nous pour célébrer l’Indépendance des Etats-Unis.

(In English) Before I switch to French, I would like to take a moment to greet our non-French speaking guests.

My husband Elias and I are delighted to be here with you this evening as we celebrate U.S. Independence Day.  While the Fourth of July, our official Independence Day, will not occur for another week, we wanted to ensure that our friends who will soon be departing on holidays would be able to join us.

This is my first July 4 celebration in Senegal. Since my arrival ten months ago, I have been truly charmed by this country.  The relationship between our countries is founded on deep mutual respect and the firm conviction that the core interests of our two nations are intertwined.  I would like to thank both my compatriots and those Senegalese here tonight who have contributed so much to building this relationship.  Now, I will continue in French.

(In French) Ce soir, nous célébrons la diversité américaine, en référence à la fois aux personnes que nous sommes et à ce que nous pensons en tant qu’individus. Ces différences façonnent notre pays depuis sa création, il y a 241 ans, et elles continuent à faire sa force. Lorsque je rencontre des gens qui sont allés aux Etats-Unis, ils disent pratiquement toujours la même chose. Ils font remarquer que ce n’est pas un pays, mais 50 – comme si chaque état était un pays en lui-même, avec sa culture, ses traditions et son histoire. Les paysages, les types de nourriture, les climats et même nos accents et nos sens de l’humour sont différents ! Dans l’assistance ce soir et dans cette Ambassade, nous avons des Américains venus des quatre coins de notre pays. Du Massachusetts où sont arrivés les premiers pèlerins, à la Californie et Hollywood où sont faits les films, en passant par le Texas et Alamo, la Floride et les Everglades. Nous venons d’un peu partout. Mais nous sommes unis par un amour profond de notre pays et un respect pour notre Constitution. J’ajouterai  même que notre flexibilité, en tant que nation relativement jeune  capable d’évoluer et de se transformer avec le temps et en fonction des circonstances, est ce qui nous rend uniques en tant qu’Américains.

Comme certains d’entre vous le savent, j’ai grandi en Allemagne et en Afrique du Sud et j’ai vécu ensuite en Namibie avant d’arriver, jeune adulte, aux Etats-Unis, et de devenir ultérieurement citoyenne des Etats-Unis, puis diplomate. Je suis fière d’avoir représenté les Etats-Unis dans beaucoup de pays au cours de ma carrière.

La diversité américaine est bien représentée ici, à l’Ambassade des Etats-Unis. De plus en plus, nos diplomates sont le reflet de la composition plus large du public américain, chacun avec une histoire familiale unique. Certains ont des attaches aux Etats-Unis qui remontent à plusieurs générations, voire à plusieurs siècles, tandis que d’autres, comme moi, sont des Américains de la première et de la deuxième génération. Ces personnes, ou leurs ancêtres, viennent des quatre coins du monde. Ainsi, il y a parmi les diplomates des Etats-Unis présents ici ce soir, des personnes originaires de pays comme le Nigeria, le Liberia, la Guyane, Haïti, l’Inde, le Pakistan, l’Afghanistan, la Corée du Sud, l’Allemagne et la France, pour ne donner que quelques exemples. Ils sont Chrétiens, Musulmans, Juifs et Bouddhistes. Et ils sont tous Américains et liés par une chose: un engagement à respecter et défendre les valeurs de notre Constitution.

L’ancien Président des Etats-Unis Jimmy Carter avait déclaré à propos des Etats-Unis, (je cite) : Nous devenons non pas un melting pot, mais une magnifique mosaïque, faite de différentes personnes, différentes croyances, différentes aspirations, différents espoirs, différents rêves. Fin de citation.

Cette citation me fait penser à la magnifique mosaïque qui orne le mur d’enceinte de l’Ambassade, réalisée morceau après morceau par un artiste sénégalais et un artiste américain. Des milliers de petites morceaux de céramique qui, ensemble, représentent une image extraordinaire du Sénégal.

Cette diversité, bien entendu, n’est pas unique aux Etats-Unis. Nous avons beaucoup à apprendre de la Téranga sénégalaise et des différents groupes ethniques qui vivent en harmonie au Sénégal.

Depuis que je suis ici, j’ai beaucoup appris sur les nombreux groupes ethniques, religieux et linguistiques, sur les similarités et les différences culturelles. J’ai vu des Catholiques fêter la Korité avec leurs voisins musulmans il y a quelques jours à peine, et j’ai vu des Musulmans faire la même chose pour la fête de Noël l’an dernier. Selon la tradition des Chrétiens qui partagent le Ngalakh avec leurs amis à Pâques, j’ai reçu un bol de cette délicieuse gourmandise préparée par l’un de mes collaborateurs.

Ces valeurs et ces traditions existaient avant l’indépendance du Sénégal et se sont poursuivies avec le Président Senghor et les gouvernements successifs jusqu’à ce jour.

Mais ce que les Etats-Unis et le Sénégal ont en commun ne se résume pas à la diversité. Nos deux pays sont profondément attachés à leur partenariat pour bâtir un meilleur avenir pour le Sénégal et l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest.

Les Etats-Unis ont quatre objectifs au Sénégal : la paix et la sécurité, la prospérité pour le peuple sénégalais, le renforcement des opportunités de commerce et d’investissement, et la bonne gouvernance et les droits de l’homme. Nous travaillons avec nos partenaires sénégalais pour promouvoir les valeurs démocratiques, aider le Sénégal à répondre aux menaces transnationales, développer les capacités du Sénégal à contribuer aux missions de maintien de la paix multilatérales, encourager une croissance économique inclusive et élargie, avec un accès à une éducation et des services de santé de qualité, et renforcer les échanges commerciaux et les investissements américains.

Une histoire illustre le genre de travail que nous faisons en coordination avec le peuple et le gouvernement du Sénégal et les nombreuses agences des Etats-Unis représentées à l’Ambassade. Il s’agit d’un projet de l’USAID que j’ai eu l’occasion de visiter il y a quelques mois en Casamance. Je suis allée au village de Niaguis pour visiter une activité d’apiculture et de production de miel, entre Niaguis et le village voisin de Sone. La région autour de Sone a été minée pendant le conflit, ce qui l’a rendue inhabitable. Beaucoup d’habitants de Sone ont été relogés à Niaguis, ce qui a engendré des tensions croissantes entre les deux communautés, exacerbées par la pression sur les ressources foncières et naturelles limitées et par la différence de religions.

L’USAID, en coopération avec l’ONG Catholic Relief Services, a formé des intervenants, des chefs religieux, des jeunes et des femmes à la résolution pacifique des conflits. Ils ont ensuite aidé les communautés à trouver une solution qui implique la mise en place d’un projet commun, dans le cadre duquel ils seraient amenés à travailler ensemble à la réalisation d’un objectif commun. Les membres de la communauté ont identifié l’apiculture et la production de miel comme un domaine d’intérêt commun et les participants ont bénéficié d’un soutien et d’une formation sur les ruches, et sur la récolte et la mise en pot du miel. Désormais, ils sont associés pour l’élevage des abeilles et la production de miel et ils travaillent ensemble à la commercialisation du miel sous leur propre marque locale.

Aider un village à surmonter des conflits et à connaître la croissance économique n’est qu’un petit exemple parmi tant d’autres du travail que mes collaborateurs de l’Ambassade, regroupés au sein des 19 agences du gouvernement des Etats-Unis, font chaque jour pour accompagner le Sénégal et vous, les Sénégalais, dans la poursuite de vos propres objectifs.

La devise du Sénégal – un peuple, un but, une foi – est très proche de l’expression latine e pluribus unum, qui figure sur le Grand Sceau des Etats-Unis et que l’on peut traduire par « à partir de plusieurs, un seul. » Ces quelques mots définissent l’une de nos valeurs les plus importantes. A partir de différentes cultures, un peuple.

On est ensemble. Nio far.

Merci de votre attention.

 

Permettez-moi à présent de passer la parole à Monsieur Augustin Tine, Ministre des Forces armées, qui nous fait l’honneur d’être parmi nous pour représenter le gouvernement de la République du Sénégal.