Allocution à l’occasion de la Compétition panafricaine de robotique – 20 mai 2017

(Telle que préparée, délivrée par John T. Ice, Conseiller Politique)

Bonjour. Je voudrais tout d’abord remercier SenEcole et le comité d’organisation de la Compétition panafricaine de robotique de m’avoir invitée et d’avoir mis sur pied ce fabuleux évènement.

C’est un honneur pour nous d’appuyer cette initiative qui fait la promotion de la science, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques au Sénégal, ce que nous désignons en anglais sous l’appellation « STEM ».

Il y a deux semaines, nous avons organisé un atelier de ce type dans les locaux de notre Ambassade, en partenariat avec l’Université américaine de Science et de technologie de Dakar. Il  n’y a pas eu de conférence, ni de cours théorique,  dans le cadre de cet atelier. En revanche, nous avons distribué quelques pièces de plastique et quelques outils élémentaires, indiqué aux participants les ressources et les informations à leur disposition dans la bibliothèque de l’Ambassade et nous leur avons simplement demandé de créer quelque chose. En l’espace de quelques heures, les participants, dont une majorité de filles, ont appris les compétences requises en ingénierie mécanique et en codage informatique leur permettant de créer des robots qui pouvaient se déplacer et ramasser des objets. C’était incroyable de voir à quel point les sciences pouvaient être amusantes et passionnantes !

L’un des objectifs du gouvernement des Etats-Unis au Sénégal est de promouvoir la prospérité économique. Ce n’est un secret pour personne que la science, la technologie et l’innovation sont les moteurs de la croissance économique. Avec des connaissances en chimie, en agriculture et en fabrication industrielle, nous pouvons trouver des solutions pour certains des plus gros problèmes au monde. Les solutions à ces défis ne seront pas trouvées par une seule personne, ni un seul pays, ni même par un seul continent. Le thème de la compétition panafricaine de robotique, “Made in Africa”, s’inscrit dans ce cadre. Aussi, je salue avec plaisir les participants qui viennent non seulement du Sénégal, mais de toute l’Afrique. Si vous pouvez construire des robots pour cette compétition en partageant des idées et des connaissances, vous pouvez faire la même chose pour faire avancer le développement mondial qui soit collaboratif et inclusif.

Les domaines tels que les sciences et l’ingénierie ne consistent pas simplement à mélanger des solutions chimiques et à construire des robots. Les matières que nous appelons STEM nous apprennent à questionner nos postulats et à aller à la découverte de l’inconnu. Elles nous permettent de trouver des solutions à certaines des questions les plus pressantes d’aujourd’hui, telles que les énergies alternatives ou la sécurité alimentaire. Plus important encore, selon moi, ces matières nous poussent à continuer à apprendre, à essayer de nouvelles choses et à faire preuve d’imagination.

L’Ambassade des Etats-Unis soutiennent cette compétition et espèrent que vous saurez vous doter des outils pour faire face aux défis mondiaux. Nous nous tournerons vers vous, la prochaine génération africaine à la pointe des progrès scientifiques et technologiques, pour l’innovation et les idées. De notre côté, nous nous efforcerons de vous donner les ressources adéquates et l’encadrement pour réussir.

Le travail que vous faites actuellement permettra à ce continent, et au  monde, d’avoir un avenir meilleur, plus brillant. S’il y a un fait à retenir de cette compétition aujourd’hui, c’est que si vous pouvez imaginer quelque chose, avec compétence et détermination, vous pouvez la créer et en faire une réalité.

Enfin, je félicite les participants pour tout le travail et les efforts déployés dans le cadre cette compétition. Nous sommes fiers de votre savoir et votre talent. Merci et bonne chance à tous!