Cérémonie de clôture de l’exercice naval international Saharan Express

Monsieur le Chef d’Etat-major de la Marine nationale,

Monsieur le Chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air,

Monsieur le Commandant de la Force opérationnelle 65 des Etats-Unis,

Chers Participants à l’Exercice Saharan Express 2015,

Bonjour. Permettez-moi tout d’abord de vous féliciter tous pour le succès de l’Exercice Saharan Express 2015 ! Merci pour le rôle que vous avez joué dans cet exercice. Je tiens à remercier tout particulièrement les commandants des navires présents ici aujourd’hui. Cette année, l’exercice a vu la participation de partenaires du Cap-Vert, d’Espagne, de France, de Mauritanie, du Maroc, du Portugal, du Sénégal, de Turquie et des Etats-Unis. Nos liens de coopération ressortent renforcés des exercices tels que Saharan Express. Aussi, je voudrais vous remercier de ce travail de collaboration qui tend à la réalisation de notre objectif commun en matière de sécurité maritime internationale.

Souvent, lorsque je passe en voiture le long de la Corniche, je vois des pirogues de pêcheurs en mer. Ces pêcheurs restent près de la côte et reviennent avec leurs prises à la fin de la journée. En général, ils sont un signe visible de l’activité économique au large des côtes des pays stables et sûrs tels que le Sénégal.

Parfois, la vue de ces pirogues est voilée par le sable du Sahara. Ces jours-là, il est facile de comprendre les défis immenses que vous devez tous relever en tant que professionnels chargés de garantir la sûreté et la sécurité de ces pêcheurs ainsi que leur survie économique. Nous dépendons de vous pour veiller à leur sécurité en mer, ce que vous faites en embarquant sur vos navires, en décollant dans votre avion de surveillance maritime et en contrôlant vos radars.

Vos pays dépendent de vous non seulement pour protéger les pirogues qui naviguent près des côtes, mais également pour lutter contre les pirates, les trafiquants de drogue, les contrebandiers d’armes et les pêcheurs illégaux qui opèrent au-delà de l’horizon.

Vos actions profitent non seulement à vos propres pays, mais également à tous les pays qui dépendent du commerce maritime et des ressources maritimes. Les pirates qui sévissent dans les eaux africaines comme le Golfe de Guinée vont à l’abordage de navires de tous les pays. Les trafiquants font la contrebande d’armes, de drogues et même d’êtres humains dans le monde entier par la mer. Les récents évènements en Mer Méditerranée montrent l’importance de la coopération navale multinationale. Des ressources maritimes de valeur transcendent les frontières nationales, ce qui accentue l’interdépendance entre les pays pour leur protection. Les problèmes en haute mer nous affectent tous et nécessitent que nous unissions nos efforts pour les résoudre. C’est ce que nous avons fait ici cette semaine. Merci encore de ce travail de collaboration qui permet de renforcer nos compétences dans le domaine de la navigation et de protéger les pêcheurs et les navires commerciaux en mer.