Cérémonie d’inauguration du Parc éolien de Taïba N’Diaye – Dr Tulinabo Mushingi, Ambassadeur des États-Unis Jeudi 6 décembre 2018

Allocution
Dr Tulinabo Mushingi, Ambassadeur des États-Unis
Cérémonie d’inauguration du Parc éolien de Taïba N’Diaye
Jeudi 6 décembre 2018

(Telle que préparée)

 

Monsieur le Président de la République du Sénégal,
Mesdames, Messieurs les Ministres,
Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs et Membres du Corps Diplomatique,
Chers Partenaires,
Mesdames, Messieurs,

Je suis heureux de participer à l’inauguration du Parc éolien Taïba N’Diaye. Je crois savoir que ce sera le plus grand parc éolien de toute l’Afrique de l’Ouest. Tout d’abord, permettez-moi de saluer les nombreux intervenants qui ont permis la réalisation de ce projet, notamment nos amis du Royaume-Uni, représentés ici par l’Ambassadeur Hodges. Il s’agit vraiment d’un bel exemple de coopération économique internationale.

Mais je suis particulièrement heureux aujourd’hui de représenter une équipe de partenaires américains sans lesquels ce projet n’aurait pas pu voir le jour. Le gouvernement des États-Unis, par le biais de l’Overseas Private Investment Corporation, connue sous le nom d’OPIC, a apporté un financement direct et des garanties à hauteur de 243 millions de dollars, contribuant à faire de ce jour une réalité. L’Agence des États-Unis pour le Développement international, l’USAID, a aidé à l’aboutissement du volet financier. Les efforts conjoints de ces deux agences interviennent sous l’égide de l’Initiative majeure du gouvernement des États-Unis, Power Africa, qui a pour objectif de doubler l’accès à l’électricité en Afrique sub-saharienne d’ici 2030. Par ailleurs, des investisseurs et des institutions financières des États-Unis ont joué un rôle clef, en apportant des capitaux propres et des services financiers.

En fait, le Parc éolien Taïba N’Diaye est une parfaite illustration de l’engagement des États-Unis envers notre objectif commun, qui est de rendre nos deux pays plus surs et plus prospères. L’amélioration de l’accès à l’électricité rendra le Sénégal plus sûr. Les Sénégalais pourront éclairer des lieux sombres, charger des appareils permettant une communication permanente et alimenter des hôpitaux et des technologies qui permettent de sauver des vies.

L’augmentation des capacités de production énergétique du Sénégal va également redonner de l’élan à la prospérité du Sénégal. Ainsi, grâce à un meilleur accès à l’électricité, les élèves et les étudiants pourront étudier plus longtemps et avoir accès aux contenus en ligne. Les entreprises pourront utiliser des machines et des techniques pour être plus compétitifs. Enfin, l’apport de nouvelles capacités de production énergétique permettra de baisser le coût de l’électricité, ce qui contribuera à attirer des investissements et à créer des emplois.

Prenons le temps d’examiner l’ampleur et l’importance du projet. Taïba N’Diaye augmentera la capacité du réseau électrique du Sénégal de 24 pour cent, en utilisant l’énergie éolienne, qui est propre et compétitive. Ce projet en lui-même aidera le Sénégal à atteindre un objectif majeur du Plan Sénégal Emergent, qui est la production d’au moins 20 pour cent de son électricité à partir d’énergies renouvelables d’ici 2020.

Bien entendu, Taïba N’Diaye ne constitue que l’un des partenariats des États-Unis avec le Sénégal. Un nouveau Compact du MCC d’une valeur de 600 millions de dollars, qui sera finalisé la semaine prochaine, permettra de renforcer le réseau de transmission et de distribution du Sénégal. Comme Taïba N’Diaye, le Compact du MCC aidera le Sénégal à atteindre son objectif d’accès universel à l’électricité d’ici 2025. Ceci est un exemple de plus de l’importance que nous accordons à notre relation avec le Sénégal.

Et nos liens vont encore se renforcer avec les récents changements intervenus au niveau de l’OPIC et de la Development Credit Authority de l’USAID. Une nouvelle institution va être créée, l’IDFC : l’International Development Finance Corporation. Le Président Trump a signé la loi autorisant la création de l’IDFC en octobre dernier. Le budget de l’IDFC sera le double de celui de l’OPIC, soit 60 milliards de dollars. L’IDFC investira en devises locales, notamment en CFA. L’IDFC sera également en mesure de contracter de véritables partenariats avec des entreprises locales, en prenant une participation au capital et en détenant une partie de ces entreprises.

Aussi, aujourd’hui, nous félicitons tous ceux qui ont contribué à cet important projet. Nous nous réjouissons de la poursuite de notre partenariat, en alignant des ressources du gouvernement et du secteur privé, afin d’accroître les opportunités pour les entreprises américaines et de dynamiser la prospérité du Sénégal.

Thank you, Jërëjëf! Merci

 

###