Déclaration conjointe des principes directeurs de la Coalition mondiale contre Daech

Département d’État des États-Unis
Bureau du porte-parole
Le 13 février 2018

Communiqué de presse

Déclaration conjointe des principes directeurs de la Coalition mondiale contre Daech

Nous, les ministres des Affaires étrangères et les dirigeants de la Coalition mondiale, nous sommes réunis à Koweït City, unis dans notre détermination à vaincre Daech grâce à des mesures ciblées, soutenues et à multiples facettes. Nous connaissons notre ennemi : Daech est intrinsèquement malveillant ; il célèbre la cruauté, viole systématiquement le droit international et commet régulièrement des violations flagrantes des droits de l’homme. Pourtant, trois ans et demi plus tard, Daech s’est indéniablement détérioré : il a perdu son emprise territoriale en Iraq et seules quelques poches de territoire restent sous son contrôle en Syrie. Son leadership, sa présence en ligne et ses réseaux internationaux sont sous pression. Mais notre travail n’est pas terminé. Daech demeure une menace sérieuse pour la stabilité de la région et pour notre sécurité commune. La défaite durable viendra quand Daech n’aura plus de refuges sûrs à partir desquels opérer, quand il ne constituera plus une menace pour nos patries et quand il ne pourra plus transmettre son idéologie haineuse à l’échelle mondiale. Reconnaissant que nous sommes à un carrefour, où nous devons maintenir l’attention sur l’Iraq et la Syrie pour assurer nos gains, tout en adaptant nos bases pour contrer les ambitions mondiales de Daech, nous offrons ces principes directeurs comme vision pour l’avenir de cette Coalition.

À terme, pour parvenir à une défaite totale et durable de Daech, la Coalition éliminera complètement Daech en tant que menace territoriale en Iraq et Syrie et elle stabilisera les communautés libérées de manière inclusive. Nous mobiliserons les membres de la Coalition et les partenaires externes, en utilisant une approche pangouvernementale, afin de déstabiliser les réseaux de Daech, ses ramifications et ses affiliés, y compris de potentielles nouvelles manifestations et variantes. Nous lui nierons également sa liberté de mouvement, ses refuges sûrs et son accès aux ressources, conformément à la résolution 2396 du Conseil de sécurité des Nations unies. Nous combattrons l’idéologie de Daech pour empêcher sa réapparition, son recrutement et son expansion. Nous soutiendrons les voix locales qui offrent une vision alternative à la propagande de Daech, et nous redoublerons d’efforts pour refuser à Daech tout espace sur les réseaux sociaux et Internet. Nous nous efforcerons de consolider nos acquis et d’empêcher la réapparition de Daech en soutenant les réformes menées par l’Iraq dans le secteur politique et celui de la sécurité et, par le biais de la résolution 2254 du Conseil de sécurité, nous nous sommes engagés à trouver une solution politique en Syrie et ainsi aider à prendre en charge les raisons profondes qui sont à l’origine de l’apparition de Daech.

Notre approche repose sur un certain nombre de piliers clés. Premièrement, nous considérons cette Coalition comme un mécanisme de mobilisation et de coordination imbriqué dans un système diplomatique, militaire et de lutte contre le terrorisme beaucoup plus vaste et qui opère conformément aux principes du droit international (y compris la Charte des Nations unies) et aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité. Deuxièmement, nous reconnaissons que les nations assument contre Daech la responsabilité première de la défense de leur patrie et que notre Coalition doit travailler avec et par l’intermédiaire de nos partenaires. Troisièmement, l’adhésion à cette Coalition est volontaire, tout comme la contribution de chacun. Quatrièmement, et pour finir, nous sommes d’accord qu’il n’existe pas une seule et même approche qui conduise à la défaite de Daech : chacune d’elles est adaptée pour répondre à la nature unique de la menace dans un pays donné ou une région donnée. Il est important de noter que la plupart des approches concernant Daech à l’échelle internationale ne reflétera pas nos efforts en Iraq et en Syrie, où l’action militaire menée par la Coalition a été centrale. Cela dit, nous sommes d’accord qu’il est extrêmement utile de soutenir une collaboration et une unité de but à travers la Coalition contre Daech et les menaces qui s’y rapportent à l’échelle mondiale.

Au cœur de notre collaboration se trouvent les groupes de travail de la Coalition, et chacun d’entre eux suit sa propre voie.

Le groupe de travail chargé du contre-financement (ou CIFG) se concentre sur la manière d’identifier et de déstabiliser les capacités de Daech à générer des revenus et à accéder aux systèmes financiers régionaux et internationaux. Alors que Daech s’adapte à ses pertes territoriales en Iraq et en Syrie, le CIFG s’adaptera avec lui, tirant parti de sa collaboration avec des organisations multilatérales partageant les mêmes idées et encourageant ses membres à prendre des mesures plus concrètes contre le financement de Daech.

Le groupe de travail chargé des combattants terroristes étrangers (aussi appelé FTF WG) s’attache à soutenir et à encourager le partage d’informations préventives et celles liées à la lutte contre le terrorisme par des moyens de répression bilatéraux et collectifs appropriés (tels qu’Interpol), des mesures de réhabilitation et de réintégration, des mesures en matière d’application de la loi et dans le domaine de la justice légale ou pénale, visant à atténuer la menace des combattants terroristes étrangers (y compris les combattants terroristes étrangers et leurs familles qui reviennent chez eux, qui déménagent et qui refont surface). Le FTF WG continuera de servir de plate-forme pour une approche pangouvernementale internationale, améliorant la collaboration et le renforcement des capacités au sein même des disciplines et entre elles, recherchant à établir des liens étroits et, si possible, l’intégration avec des structures internationales de lutte contre le terrorisme pertinentes, telles que le Forum mondial de lutte contre le terrorisme (Global Counterterrorism Forum).

Le groupe de travail chargé des communications cherche à contester l’espace d’information dans lequel Daech opère et à faire en sorte que le rétrécissement du territoire appartenant au groupe soit suivi par sa défaite idéologique. Il coordonne et fusionne les approches de communication stratégique des membres de la Coalition, encourage les partenariats externes à amplifier la portée et l’impact des efforts de la communauté internationale visant à porter atteinte à la propagande de Daech, et renforce la résilience au sein de populations vulnérables. Toutes ces actions visent à réduire la capacité de Daech de recours à la propagande pour recruter et inciter à la violence. Nous partagerons l’expertise et les meilleures pratiques pour faire face aux futures menaces de propagande d’autres organisations extrémistes violentes.

Le groupe de travail chargé de la stabilisation joue un rôle central de coordination et de promotion des efforts internationaux pour la stabilisation en Iraq et, là où c’est possible, en Syrie. Un retour réussi des personnes déplacées est essentiel pour consolider la défaite militaire de Daech. Dans le courant de l’année 2018, alors que commence le travail de stabilisation en Iraq, le groupe aidera également le gouvernement iraquien à sécuriser les avancées militaires significatives contre Daech et à prévenir de nouvelles violences dans les zones libérées en apportant son soutien au passage d’un état de stabilisation à celui d’une reconstruction durable. Dans le même temps, le sous-groupe de formation de la police renforcera son action sur la « formation bleue » ; il soutiendra les mesures de restructuration de la police fédérale et de création d’une force de police civile qui représente tous les citoyens iraquiens, et en laquelle ils aient confiance. En Syrie, le groupe de travail chargé de la stabilisation coordonnera et encouragera les efforts de stabilisation dans le but de renforcer la gouvernance crédible, inclusive et non sectaire, conformément à la résolution 2254 du Conseil de sécurité.

Quant aux aspects militaires de la Coalition, ils continueront également d’évoluer à mesure que la nature de la menace évolue et que la Coalition se concentre de plus en plus sur les réseaux et les ramifications de Daech. À l’instar des ministres des Affaires étrangères des pays membres de la Coalition, les ministres de la Défense continueront de coordonner régulièrement entre eux la meilleure manière de contrer cette menace. La Coalition poursuivra son engagement militaire en Iraq et en Syrie, et le Commandement des forces de la Coalition à Tampa continuera de soutenir les efforts dans la région, afin de sécuriser et de stabiliser les zones libérées pour aider à maintenir les succès significatifs que nous avons remportés à ce jour contre Daech.

Parmi nos différentes actions, nous nous efforcerons de faire en sorte que les femmes et les organisations de femmes participent pleinement et activement aux efforts de stabilisation et de consolidation de la paix, conformément à la résolution 2242 du Conseil de sécurité. Nous veillerons également à ce que nos politiques et pratiques tiennent compte de la question du genre et qu’elles soient guidées par les cadres juridiques internationaux.

La Coalition mondiale contre Daech a été créée en septembre 2014 sur la base des préoccupations mondiales concernant Daech et la menace qu’il représente pour la paix et la sécurité internationales. La Coalition a fait d’énormes progrès depuis lors, mais notre travail n’est pas terminé. En ce qui concerne l’avenir, nous reconnaissons la nécessité de rester vigilants face à l’évolution inévitable de la menace de Daech et celle d’adapter de manière flexible notre réponse, y compris par le biais des institutions multilatérales et régionales existantes de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent. Nous reviendrons sur ces principes directeurs le cas échéant. Nous reconnaissons que la Coalition et ses groupes de travail servent à attirer l’attention de la communauté internationale sur la lutte contre la menace mondiale / transnationale qu’est Daech. Dans cette optique, la Coalition doit chercher à apporter son expertise aux efforts internationaux de lutte contre le terrorisme, chaque fois que possible, avec pour objectif qu’un jour, la communauté internationale sera certaine d’avoir les outils nécessaires pour prendre en charge et neutraliser les menaces que présente Daech et les autres menaces connexes.

###