Diner à la Maison de la Gare Mercredi

Monsieur l’Adjoint au Gouverneur de Saint-Louis,

Madame le Préfet de Saint-Louis,

Monsieur l’Adjoint au Maire de Saint-Louis,

Imam Ratib Cheikh Diallo,

Issa Kouyaté et l’ensemble du personnel de la  Maison de la Gare, les ndeyou daaras, archbishop, et les volontiers de NODETA

Messieurs les Maitres coraniques,

Mesdames, Messieurs les Représentants des ONG,

Chers Enfants,

Chers Invités,

Assalamou Aleikoum.

Je suis heureux de partager un repas avec vous tous ce soir, et tout particulièrement avec les garçons qui sont ici.

Magui sante khaleyi eup ci sene téwaye.  Magui léne di gueureum ci rére bi nouye bokk. (Thank you, boys, for being here.  I am grateful to be able to share this meal with you).

Je voudrais saluer la Maison de la Gare qui nourrit et prend soin de ces garçons et de ces jeunes gens tous les jours. Je vous remercie également pour votre aimable hospitalité. Et je tiens à remercier aussi l’ensemble des invités qui ont bien voulu participer à une discussion sur la façon dont nous pouvons travailler ensemble pour améliorer la vie des enfants des rues.

Je suis venu à Saint-Louis pour mieux comprendre la situation des enfants vulnérables et la façon dont votre communauté y répond. Aujourd’hui, j’ai eu l’honneur de rencontrer l’adjoint au Gouverneur de Saint-Louis, Monsieur Ba, ainsi que le procureur du tribunal de grande instance de Saint-Louis, Ibrahima Ndoye, et d’autres responsables locaux, afin de discuter de cette réponse à apporter. J’ai également visité le Daara Moussa Sow, qui m’a aidé à comprendre une partie importante des traditions islamiques au Sénégal.

Nous sommes tous ici – l’adjoint au gouverneur, les représentants des autorités locales, les maitres coraniques et les membres de la communauté des ONG et de la société civile – car nous sommes conscients de l’importance de la protection et de la prise en charge des enfants.

Nous sommes également ici pour saluer le rôle actif que la société civile a joué pour contribuer à la protection des enfants au Sénégal. Je voudrais saluer notamment l’extraordinaire travail d’Issa Kouyaté et de la Maison de la Gare, qui fournissent de la nourriture,  une éducation, un abri et des soins médicaux aux enfants des rues qui en ont désespérément besoin.

Comem vous l’avez sans doute entendu, Issa est allé il y a quelques semaines à Washington, D.C. pour recevoir un prix spécial pour son engagement dans le trvail humanitaire que lui a remis notre secrétaire d’Etat John Kerry. Le gouvernement des Etats-Unis salue le dévouement désintéressé d’Issa pour protéger les enfants des rues à Saint-Louis, sa détermination à leur fournir des soins complets  et son rôle essentiel au niveau de la communauté de Saint-Louis pour protéger les enfants qui sont victimes de la traite. Mais Issa n’est pas seul. En voyant toutes les personnes rassemblées ici ce soir, je constate qu’Issa fait partie d’un réseau plus vaste de personnes, qui ont la responsabilité de la prise en charge de ces enfants.

La protection des enfants est un objectif noble que nous partageons tous.  C’est également une priorité partagée au plus haut niveau du gouvernement sénégalais.  Dans son message annuel de Korité, le président Sall a dit que l’image des enfants en train de mendier dans la rue est indéfendable et que nous devons travailler pour restaurer la dignité des enfants.

Trouver des solutions à des problèmes compliqués peut s’avérer difficile. Aux Etats-Unis, nous avons nos propres problèmes.  Je ne suis donc pas ici pour donner des leçons. Mais même lorsque nous sommes confrontés à des difficultés sur le plan social, nous partageons les mêmes rêves, Sénégalais et Américains. Par-dessus tout, nous voulons voir nos enfant être heureux et apprendre les valeurs et les croyances qui nous sont chères.

Je suis ici car les Etats-Unis sont un pays ami du Sénégal et que nous souhaitons apporter notre aide. En faisant ces visites et en faisant partie de votre dialogue, j’apprends et je suis capable de dire à d’autres les efforts que vous faites pour soutenir et protéger les enfants de Saint-Louis.  Je vous souhaite le meilleur et, plus important encore, je souhaite le meilleur aux enfants pour leur avenir. Je me ferai un plaisir de revenir à Saint-Louis pour voir les progrès réalisés ensemble.

Khaleyi, ma gui len gueureum ci sounou guisse bi. (Boys, I am grateful to have had this opportunity to meet you).

Merci de votre attention.