A l’occasion de la Journée de la Terre Documentaire de la RTS sur le Mouvement de défense de l’environnement aux Etats-Unis

Mesdames, Messieurs,

Bonjour.

Selon un célèbre proverbe africain : « Nous n’héritons pas de la Terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants. »

Vendredi dernier, nous avons fêté la quarante-sixième Journée mondiale de la Terre. La première édition de la Journée de la Terre, qui date de 1970, est largement considérée comme la naissance du mouvement moderne de défense de l’environnement aux Etats-Unis.

Il est donc tout à fait opportun de nous réunir aujourd’hui pour regarder un documentaire qui est l’œuvre de deux talentueux journalistes de la RTS,

Seydina Alioune Djigo et Amadou Gueye Diop. Leur objectif était de sensibiliser le public sénégalais au rôle des organisations communautaires dans la protection de l’environnement. Grâce à une subvention du département d’Etat, ces deux journalistes sont allés à Washington, New York et Los Angeles pour faire ce film. Ils ont produit un documentaire de 52 minutes, qui présente le rôle des militants écologiques, des organisations communautaires et des agences gouvernementales dans le changement des attitudes en matière de protection de l’environnement. Depuis l’histoire des premières lois sur la conservation et des premiers messages d’intérêt public qui ont sensibilisé les Américains à l’environnement, jusqu’aux méthodes de traitement de l’eau dans l’Etat de Californie dont je suis originaire, j’espère que vous apprendrez des choses sur le mouvement de protection de l’environnement aux Etats-Unis.

Le film comprend également des témoignages de la diaspora sénégalaise aux Etats-Unis, à travers des discussions sur leurs expériences en matière de sensibilisation à l’écologie une fois qu’ils ont immigré aux Etats-Unis.

L’histoire du mouvement de protection de l’environnement aux Etats-Unis est pleine de dynamisme et c’est une véritable source d’inspiration. Le public américain a largement ignoré les préoccupations écologiques jusqu’à la publication d’un livre appelé “Silent Spring”,  de Rachel Carson, en 1962. Ce livre rapportait, documents à l’appui, les effets néfastes sur l’environnement – particulièrement sur les oiseaux – de l’utilisation inconsidérée des pesticides. Ce livre a représenté un tournant majeur ; il s’est vendu à plus de 500.000 exemplaires, dans vingt-quatre pays. Il a sensibilisé l’opinion et soulevé des préoccupations au sein du grand public pour les organismes vivants, l’environnement et les liens entre pollution et santé publique.

L’idée de l’instauration d’une Journée de la Terre à l’échelle nationale pour attirer l’attention sur l’environnement est venue du sénateur Gaylord Nelson, qui avait été témoin des dégâts causés par une importante marée noire le long de la côte californienne. Inspiré par le mouvement étudiant pacifiste, il réalisa qu’on pouvait amener le débat sur la protection de l’environnement dans l’agenda politique national en puisant dans l’énergie des jeunes activistes et en sensibilisant le grand public à la pollution de l’air et de l’eau.

Le 22 avril 1970, 20 millions d’Américains se sont emparés des rues, des parcs et des auditoriums pour manifester en faveur d’un environnement sain et durable, avec de gigantesques rassemblements dans tout le pays. Des groupes qui se battaient contre la pollution industrielle, les eaux usées non traitées, les rejets de déchets toxiques, les pesticides, la surpêche, les ordures le long des routes et la perte d’habitat de  la faune ont tout à coup réalisé qu’ils avaient des préoccupations communes et qu’ils pouvaient faire cause commune.

La Journée de la Terre de 1970 a constitué un tournant historique pour les Etats-Unis. En effet, à la fin de cette année-là, le Congrès des Etats-Unis a créé l’Agence de protection de l’environnement et adopté les lois pour la protection de l’Air, de l’Eau et des Espèces menacées.

Le Sénégal peut aussi s’enorgueillir d’une tradition d’activisme civique. Je connais votre engagement en faveur de l’amélioration de l’environnement du Sénégal. Nous sommes heureux d’avoir pu nous joindre à vous pour des activités telles que le nettoyage de la plage de Yoff.

La Green Team de notre ambassade fait régulièrement des opérations de nettoyage dans notre voisinage et le long de la côte. La Green Team s’occupe également de plantation d’arbres, dans des écoles de la place et le long de la Corniche. Par ailleurs, nous nous efforçons d’influer sur le comportement de nos employés pour qu’ils prennent des décisions plus soucieuses de l’environnement, au travail comme à la maison.

Savez-vous que ce bâtiment est l’un des plus “écologiques” d’Afrique de l’Ouest? La chancellerie de l’ambassade a été construite il y a trois ans avec des technologies qui permettent de diminuer l’impact sur l’écosystème du pays hôte.

La conception du bâtiment permet de réaliser une économie d’énergie de 35% par rapport à la consommation d’un bâtiment normal de même taille et les panneaux solaires fournissent plus de 25% de l’énergie de nos installations. Quatre-vingt pour cent de l’eau que nous utilisons pour l’arrosage des jardins est de l’eau usée recyclée, qui est traitée dans notre propre centre de traitement des eaux usées.

Pour terminer, je voudrais dire que l’Accord de Paris sur le Climat constitue un tournant majeur dans l’action mondiale sur le changement climatique et je trouve très encourageant que le président Macky Sall soit venu à New York pour la signature de cet accord au nom du Sénégal le 22 avril. L’Accord sur le climat permettra d’aller vers une planète sobre en carbone.

Encore une fois, je voudrais vous remercier d’être venus ici aujourd’hui. J’espère que vous aimerez le film et que vous resterez après la projection pour participer à la discussion.