Sections & bureaux

L’Ambassade des États-Unis est composée de plusieurs sections qui travaillent à l’amélioration des relations économiques, politiques et culturelles entre l’état du Sénégal et les États-Unis d’Amérique. Vous trouverez, sous les liens de chaque section les informations et les descriptions des différentes missions assignées à ces sections.

La section des affaires publiques explique et appuie la politique américaine auprès de la communauté sénégalaise; agit en tant que point focal pour les médias et les relations culturelles; et conseille la mission des USA au Sénégal sur les questions de diplomatie publique. La section des affaires publiques et des affaires culturelles travaille étroitement avec les autres sections de l’ambassade américaine et avec les établissements sénégalais afin de renforcer les rapports bilatéraux entre les Etats-Unis et le Sénégal.

Programmes et bureaux :

Le Bureau de Presse est le principal point de contact de l’Ambassade avec les médiats. L’Attaché de presse utilise tous les produits médiatiques, les contacts personnels et d’autres moyens pour informer le public Sénégalais sur les Etats-Unis. Chaque jour, le Bureau chargé de la Diplomatie Publique distribue aux journalistes et aux fonctionnaires, des nouvelles, des discours et des textes de lois sur les Etats-Unis. En plus du matériel audiovisuel fourni régulièrement aux radios et à la télévision Sénégalaises, il est également  distribué d’autres publications portant sur la politique,  les activités et les intérêts Américains. Le Service de Presse  offre également aux journalistes Sénégalais des occasions de poser directement des questions aux experts Américains, en temps réel, grâce aux équipements de visioconférence (DVC).

Le Bureau des affaires culturelles est chargé des échanges culturels et éducatifs entre les États-Unis et le Sénégal.

Programmes: Les programmes culturels rassemblent des universitaires et des personnalités culturelles américains avec leurs pairs sénégalais pour des discussions et programmes couvrant un large éventail de sujets destinés à accroitre la compréhension mutuelle entre les États-Unis et le Sénégal.  Nous organisons des séminaires, des tables de rondes, des conférences, des ateliers de lecture, des projections de films américains et des expositions par des artistes américains.

Échanges éducatifs: Le Bureau des Affaires culturelles sélectionne des participants sénégalais aux programmes d’échanges académiques, culturels, et professionnels, sponsorisés par le département d’État des États-Unis.

Chaque programme présente des exigences particulières. Des informations sur ces programmes d’échange sont disponibles sur la page Facebook de l’Ambassade des États-Unis à Dakar.
Les programmes d’échange actuels comprennent:

Le Fulbright Foreign Student –  pour recevoir une maîtrise dans une université américaine
Le Fulbright African Research Senior Scholar – pour mener un projet de recherche dans une université américaine (doit déjà être titulaire d’un doctorat)
Le Fulbright Foreign Language Teaching Assistant – pour enseigner le wolof dans une université américaine
Le Humphrey Fellowship – une année d’études supérieures et de développement du leadership non diplômantes
Le Fulbright Distinguished Awards in Teaching Program – programme de formation pour les enseignants du secondaire
Le SUSI (Study in the U.S. Summer Institute on Social Entrepreneurship) – programme d’été de cinq semaines destiné aux étudiants de premier cycle
Le Youth Exchange and Study (YES) – un programme de dix mois destiné aux lycéens
Le Pan African Youth Leadership Program (PAYLP) – programme d’été de trois semaines destiné aux étudiants du secondaire.
Le Young African Leaders Initiative (YALI) Mandela Washington Fellowship (MWF) – Programme d’été de six semaines destiné aux jeunes leaders
Le One Beat – programme de formation et d’échange culturel pour musiciens

Le Bureau des affaires culturelles soutient également des universitaires américains et des chercheurs d’institutions sénégalaises sous les auspices du programme américain ‘’Fulbright Scholar and Student Researcher Program’’, ainsi que des étudiants américains du secondaire dans le cadre du programme YES Abroad.

EducationUSA : le bureau des affaires culturelles gère EducationUSA Dakar, qui propose des séances de conseil et de sensibilisation gratuites aux étudiants étrangers souhaitant étudier dans une université américaine.

Logé au sein de l’Ambassade des Etats-Unis à Dakar, le Bureau Régional des Programmes d’Anglais s’attèle au développement professionnel des professeurs d’anglais. Il s’active également dans l’établissement d’un partenariat avec les instituts privés et publics d’enseignement de la langue anglaise, aux fins d’améliorer la qualité de l’enseignement dispensé et de promouvoir la compréhension mutuelle entre le pays hôte et les Etats-Unis d’Amérique. La région couverte par le Regional English Language Office (RELO) comprend les seize pays suivants: Bénin, Burkina Faso, Cap Vert, Côte d’Ivoire, Gabon, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Liberia, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Sierra Léone, Gambie et Togo.

Le Bureau RELO constitue une ressource particulièrement importante pour les professeurs. Sa Directrice peut fournir du matériel pour dispenser les cours, elle peut animer des formations destinées aux formateurs, faciliter la tenue d’ateliers, de séminaires et de cours en ligne pour renforcer et améliorer l’enseignement de la langue. Elle peut en outre faire venir des Etats-Unis, des universitaires et des consultants en mesure de prodiguer un appui conséquent en matière de développement des programmes de cours, de rédaction d’ouvrages, d’épreuves d’examen, de méthodologies et de pratiques appropriées pour l’apprentissage de l’anglais comme langue étrangère. Elle s’occupe également de la venue de coopérants tels que les “English Language Specialists”, les “English Language Fellows”, et pilote le Programme Access de cours de soutien et d’autres programmes d’anglais du gouvernement américain.

Visitez le site du Bureau en charge de l’Education et des Affaires Culturelles. Les enseignants et les étudiants soucieux d’améliorer leur niveau trouveront des ressources en ligne appropriées, sur le “American English Site”.

Le Bureau de l’Attaché de Défense (DAO) représente le ministère de la Défense (DOD) à l’étranger et est principalement responsable des fonctions de représentation visant à favoriser des relations positives entre l’armée américaine et les structures sénégalaises de défense et de sécurité. À l’ambassade de Dakar il ya deux services accrédités auprès de cinq pays de la sous-région (Mauritanie, Guinée-Bissau, la Gambie, le Cap-Vert, Sénégal et Tchad).

L’Attaché de Défense (DATT) est également désigné comme représentant américain à la Défense (USDR) pour la région et en tant que tel il est chargé de représenter le Secrétaire à la Défense, les Chefs d’État-major, les responsables des départements militaires, les chefs des services militaires, et les commandants unifiée concernant la coordination des questions administratives et de sécurité dans tout le pays.

Le Bureau de la Coopération Militaire (ODC) est composé d’une équipe de 3 personnes dirigée par un officier militaire américain. ODC gère toutes les activités traditionnelles ou non traditionnelles de la coopération militaire, coordonne l’appui au pays hôte, effectue la planification interalliée et joue le rôle de liaison pour d’autres questions d’intêret commun relatives à la Défense.

Le Programme international de formation et d’entraînement militaires (IMET) est l’élément central des efforts de coopération militaire au Sénégal. Ce programme fournit une éducation et une formation militaires à des civils et des militaires sénégalais, avec les objectifs suivants:

  • encourager des relations effectives et mutuellement bénéfiques qui accroîtront la compréhension entre les Etats-Unis et le Sénégal, afin de mieux servir les objectifs de paix et de sécurité internationales.
  • améliorer l’aptitude du Sénégal à utiliser avec une efficacité maximale ses ressources, y compris  les articles et services de défense fournis par les États-Unis, contribuant ainsi à une plus grande indépendance; et
  • accroître la sensibilité des participants sénégalais aux activités portant sur des questions de base qui impliquent les droits de l’homme internationalement reconnus.

Depuis 1965, plus de 1000 militaires sénégalais ont reçu une formation aux États-Unis. Notre program IMET est l’un des plus solides en Afrique sub-saharienne.

Les exercices militaires de formation sont également devenus un volet important de notre programme de coopération militaire. Différents types d’exercices ont lieu chaque année sous les auspices des programmes de l’Initiative de Réaction aux Crises en Afrique (ACRI), de la Croisière de Formation Ouest Africaine (WATC) et des Exercices Conjoints de Formation (JCET).

  • ACRI est un programme du département d’Etat, géré par ODC. Il consiste à entraîner et équiper les forces militaires sénégalaises pour leurs activités de maintien de la paix sur le continent africain. Le Sénégal est la première nation africaine à avoir achevé le programme ACRI et suit actuellement des stages de perfectionnement.
  • WATC est un exercice naval multinational destiné à améliorer les opérations navales de formation et de maintenance pour les nations ouest africaines qualifiées.
  • JCET. Ce sont des exercices bilatéraux avec un entraînement conjoint d’équipes réduites des Forces des opérations spéciales et des unités des Forces armées Sénégalaises. L’objectif de ces exercices est de s’entraîner avec des forces militaires étrangères, de fournir des entraînements de qualité centrés sur les capacités individuelles du soldat et les tactiques par petites unités.

Ventes et dons de matériel militaire:

ODC gère la vente et le transfert de matériel militaire aux forces armées sénégalaises à travers les programmes de Ventes militaires à l’étranger (FMS) de dons militaires à l’étranger et de dons d’articles militaires en surplus (EDA). De plus, ODC joue le rôle de lien entre les industries américaines de la Défense et les forces armées sénégalaises, afin de faciliter les ventes commerciales directes (DCS).

ODC gère également le Programme d’aide humanitaire (HAP) au Sénégal pour le compte des Forces armées américaines en Europe (EUCOM). Ce programme est un moyen important de cibler les ressources du département de la Défense pour des projets de  construction de dispensaires, de puits, de ponts, d’écoles et de canaux.

Ce programme apporte aussi des fournitures d’aide humanitaire à des organisations de la place, notamment des fournitures médicales, scolaires, d’aide en cas de catastrophe et de prévention des catastrophes.

L’objectif de ce programme est de renforcer ou de compléter les efforts des autorités ou agences civiles sénégalaises chargées de la prévention ou de l’allègement des conséquences des catastrophes, qu’elles soient naturelles ou causées par l’homme.

Le Service Commercial de l’Ambassade des États-Unis à Dakar est votre point de départ pour développer vos affaires en Afrique de l’Ouest et Afrique Centrale ou vers les États-Unis d’Amérique. Saisissez de nombreuses opportunités d’affaires des entreprises américaines.

Le Service Commercial intervient également dans l’identification de fournisseurs ou partenaires américains pour le compte des entreprises basées en Afrique Centrale et de l’Ouest. Il propose plusieurs services : études de marché, rendez-vous ciblés, accompagnement lors de salons internationaux, etc.

Bureau Régional de l’Afrique Centrale et de l’Afrique de l’Ouest, il travaille étroitement avec la section Économique des Ambassades des États-Unis dans toute la région Ouest et Centrafricaine. Il fait partie d’un réseau global des spécialistes commerciaux disposés à vous assister dans vos diverses transactions.

Le bureau régional de Dakar couvre plusieurs pays d’Afrique dont: le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Cap Vert, la République de Centrafrique, le Congo, la République Démocratique du Congo, la Cote d’Ivoire, le Gabon, la Gambie, la Guinée Bissau, la Guinée, la Guinée Equatoriale, le Liberia, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal, la Sierra Leone, le Tchad, et le Togo.

Visitez les bureaux du Service Commercial du Département du Commerce Américain pour les autres pays d’Afrique subsaharienne basés au Ghana, au Kenya, au Nigeria et en Afrique du Sud.

En Afrique de l’Ouest, le Bureau des Affaires Agricoles  à l’Etranger (FAS) basé à Dakar travaille avec  le Service de l’Inspection de la Santé des Animaux et des Plantes (APHIS) et plusieurs autres agences Américaines pour appuyer les buts et objectifs de l’AGOA à travers le renforcement des capacités de production et de l’amélioration de la sécurité alimentaire.

FAS œuvre aussi pour améliorer l’accès des produits américains aux marchés extérieurs, développer de nouveaux marchés, et accroitre la compétitivité de l’agriculture Américaine dans le marché international.

FAS Dakar couvre le Sénégal, le Mali, le Burkina Faso, le Benin et le Tchad.  APHIS Dakar couvre plusieurs pays en Afrique de l’Ouest.

Renforcement et Développement des Capacités Commerciales

Le Bureau des Affaires Agricoles à l’Etranger (FAS) et le Service de l’Inspection de la Santé des Animaux et des Plantes (APHIS) du Département Américain de l’Agriculture (USDA) coordonnent la mise en œuvre des programmes de renforcement de capacités commerciales dans les pays en développement. Les programmes et activités de USDA sont conçus pour créer des cadres institutionnels et réglementaires qui facilitent les échanges commerciaux et créent un environnement favorable au développement d’une agriculture de marché.

Pour identifier les priorités en matière de renforcement de capacités commerciales, USDA coordonne avec le Bureau du Représentant Commercial des Etats Unis, l’Agence Américaine pour le Développement International—USAID,  et le Département d’Etat. USDA met aussi à contribution l’expertise du Service de l’Alimentation et pharmaceutiques- FDA, de l’Agence de Protection de l’Environnement—EPA, des universités et du secteur privé.

Les activités comprennent l’appui technique d’experts Américains dans d’autres pays, et la formation aux Etats-Unis d’agents gouvernementaux, de chercheurs, ou des professeurs d’université et des professionnels du secteur privé. Les programmes de formation et de renforcement de capacités de FAS et APHIS comprennent:

  • Le programme de Stage Cochran
  • Les Stages Norman E. Borlaug
  • Le Programme SPS pour l’Afrique de l’’Ouest
  • Des formations sur les Réglementations phytosanitaires et en santé animale
  • La coopération technique sectorielle
  • Les séminaires et échanges sur  la Biotechnologie

Programmes d’Aide Alimentaire

Dans le cadre de l’Acte Food for Progress (FFP) de 1985, des produits agricoles Américains sont fournis aux pays en développement et aux démocraties émergentes engagés à introduire et étendre l’entreprenariat libre dans le secteur agricole.Ces produits sont actuellement fournis sous forme de dons aux gouvernements étrangers, aux organisations volontaires privées, aux organisations à but non lucratif, aux coopératives, ou aux organisations intergouvernementales pour financer des programmes de développement agricole.

En Afrique de l’Ouest, les pays récipiendaires et prioritaires sont le Sénégal, le Mali, la Guinée, la Mauritanie, la Gambie, le Liberia,  le Niger et la Sierra Leone.

USDA finance aussi des programmes de cantines scolaires dans le cadre du Programme de Cantines Scolaires McGovern-Dole.  Les pays récemment récipiendaires et prioritaires sont la Guinée Bissau, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Liberia, le Mali, le Niger, le Sénégal, la Sierra Leone et le Tchad.

Achat de Produits Américains

FAS offre une gamme de services pour assister les acheteurs étrangers à localiser les fournisseurs Américains et identifier les sources des produits. Pour accéder à des sites relatifs aux informations ci-dessous,  consultez le site Fas.usda.gov et cliquez sur ‘Buying U.S. Products’.

Liste de Fournisseurs Américains

Cette base de données Internet renferme une liste de fournisseurs de produits agricoles Américains. Ceci est la première étape pour identifier ce qui convient le mieux à vos besoins!

Répertoire Export des Sociétés Américaines de Distribution Alimentaire

Le Répertoire Export des Sociétés Américaines de Distribution Alimentaire indique aux acheteurs potentiels étrangers une liste de fournisseurs Américains de containeurs mixtes de produits alimentaires de consommation courante et de produits de service alimentaire.

Liste FAS des Acheteurs Etrangers

Faites partie de la  « Liste des Acheteurs Etrangers-Foreign Buyers List » de FAS ! En vous inscrivant comme importateur, vous pouvez recevoir plusieurs de nos services et être convié aux événements de promotion spéciale.

Foires et Evénements Commerciaux

Cherchez-vous un événement commercial dans la région qui expose les produits Américains? Le calendrier comprend une diversité d’activités internationales de promotion, allant des grandes foires aux petits événements tels que les promotions de boutique, d’hôtel et de catalogue organisées par les bureaux de FAS à l’étranger. Si vous participez à des foires commerciales aux Etats-Unis, il existe des calendriers annuels indiquant la liste des foires commerciales de produits alimentaires, des foires paysannes, des foires de produits halieutiques et de produits forestiers.

Répertoire des Bureaux de FAS et APHIS à l’Etranger

FAS et APHIS dispose de bureaux dans plus de 75 pays à travers le monde et fournit des services pour 130 pays.

L’Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID) est l’agence principale du Gouvernement américain chargée de développement économique et de l’assistance humanitaire aux peuples du monde entier. Partenaire actif du Gouvernement et du peuple sénégalais depuis l’indépendance du pays, l’USAID prête une oreille attentive aux préoccupations et priorités locales, et répond par des activités conjointes pour aider à réduire la pauvreté, promouvoir la démocratie et la croissance économique, soulager les victimes des catastrophes naturelles et prévenir les conflits. L’USAID a investi plus d’un milliard de dollars dans une grande diversité de projets depuis 1961, afin de s’attaquer aux contraintes au développement national.

Visitez le site web de l’USAID/Sénégal à https://www.usaid.gov/fr/senegal

L’USAID/Sénégal et la Croissance économique

L’Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID), conjointement avec le Gouvernement du Sénégal et ses autres partenaires, aide à créer des emplois et à lutter contre la pauvreté au Sénégal, à travers l’augmentation de la croissance économique par le commerce et la gestion des ressources naturelles. Le programme 2006-2011 de croissance économique d’environ 30 millions de dollars démontrera comment une gouvernance plus efficace et responsable et une exploitation durable des ressources agricoles et naturelles peuvent contribuer significativement à augmenter la croissance économique et à réduire la pauvreté. En particulier, l’USAID soutient l’expansion du commerce des produits agricoles et naturels, les partenariats public-privé, la conservation de la biodiversité, les services d’appui-conseil aux entreprises naissantes, et les politiques nationales qui promeuvent la croissance économique, le commerce et l’environnement.

L’USAID/Sénégal : Démocratie et Gouvernance

L’USAID et ses partenaires encouragent les collectivités locales et les organisations communautaires de base (OCB) à utiliser des pratiques transparentes de gestion financière et de planification des investissements pour leurs futurs efforts de développement. Au niveau national, l’USAID fournit des analyses destinées à renforcer les politiques de décentralisation dans des domaines critiques tels que les finances des collectivités locales et la gestion de l’état civil. Grâce à son programme d’assistance en démocratie et gouvernance, d’un montant de 36.5 millions $ sur 8 ans, qui s’achève en 2006, plus de 100 communautés locales du pays ont pu élaborer des budgets réalistes qui leur permettent de planifier leurs investissements et dépenses, d’augmenter leurs recettes fiscales, de mieux gérer les ordures et l’hydraulique, ainsi que l’agriculture et les ressources naturelles locales dans le sens d’une meilleure protection de leur environnement et de la promotion de leur développement économique. Selon des enquêtes de mesure du degré de satisfaction des clients, une proportion beaucoup plus importante de citoyens des collectivités locales assistées par l’USAID (soit 54%) s’est déclarée satisfaite de la gestion et de la qualité des services, que de citoyens des collectivités locales non assistées par l’USAID.

USAID/Sénégal et la Santé

Depuis 1979, le programme de santé de l’USAID/Sénégal appuie le Ministère de la Santé et les communautés locales dans leurs efforts pour réduire la mortalité maternelle et infantile, prévenir les maladies infectieuses et d’autres maladies, et aider les populations à mener une vie plus saine. En plus de combattre les principales maladies comme le paludisme, la tuberculose et le VIH/SIDA, l’USAID renforce les systèmes sanitaires nationaux et locaux qui fournissent des services de santé préventifs et curatifs aux populations, appuie les programmes de planification familiale pour permettre aux couples d’avoir des enfants lorsqu’ils le souhaitent, et aide les communautés à planifier et financer elles-mêmes leurs services de santé. Le programme de santé de l’USAID, qui cible les régions de Kaolack, Kolda, Louga, Thiès et Ziguinchor, vise à mettre des services de santé de qualité à la portée de la majorité de la population sénégalaise.

L’USAID/Sénégal et l’éducation

Le programme actuel de l’USAID traite des contraintes à l’augmentation des recrutements et sur la qualité de l’enseignement moyen. L’USAID intervient dans la construction de collèges de proximité et l’amélioration de la qualité de l’environnement d’enseignement et d’apprentissage à travers des programmes nationaux de formation et de recyclage des professeurs et principaux des collèges publics et privés. Elle favorise aussi la participation des communautés en aidant à la création de comités de gestion des collèges et en aidant les collectivités locales à assumer leurs responsabilités de soutien à ceux-ci. D’ici à 2008, plus de 25.000 enfants, dont une moitié de filles, qui ne pouvaient auparavant poursuivre leurs études, seront inscrits dans des collèges proches de leurs domiciles.

L’USAID/Sénégal en  Casamance

Après plus de deux décennies de conflit, un processus de paix est en train de prendre forme en Casamance. Pendant les confrontations entre les forces armées sénégalaises et les forces séparatistes du Mouvement des Forces Démocratiques de Casamance (MFDC) des milliers de civils ont été déplacés, des villages détruits et des champs minés. Depuis l’an 2000, l’Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID) contribue à la stabilisation de la région grâce à un programme de plus de 15 millions de dollars. L’USAID travaille avec le gouvernement du Sénégal, les populations locales, les associations villageoises et les organisations non gouvernementales (ONG) dans des activités destinées à redonner aux populations un espoir et des raisons de choisir la paix. Les programmes de l’USAID dans le développement du secteur privé, la gouvernance locale, la santé, l’agriculture, la gestion des ressources naturelles et l’éducation interviennent aussi activement dans la région.

L’USAID/Sénégal : Agriculture et gestion des ressources naturelles

Depuis janvier 2003, l’Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID) cherche à améliorer les conditions de vie et à protéger les ressources dans le Sud-Est du pays, dans le cadre d’un nouveau programme novateur de promotion de la conservation de l’environnement, de réduction de la pauvreté et de bonne gouvernance (nature, richesse, pouvoir). L’USAID aide les populations locales à augmenter les bénéfices qu’elles tirent des produits naturels des forêts et terres agricoles locales. Pour éviter la surexploitation des produits naturels, les dirigeants des collectivités locales sont formés pour pouvoir assumer leurs responsabilités en matière de gestion des ressources naturelles.

Une grande diversité d’Américains est représentée au Corps de la Paix au Sénégal. Venant de divers horizons et de toutes les régions des États-Unis, les volontaires laissent derrière eux toutes choses qui leurs sont familières pour servir et apprendre au prés des Sénégalais pendant deux ans. À leur arrivée, les volontaires sont escortés au centre de formation à Thiès, une ville à 80 km en dehors de Dakar. Les volontaires y restent pour les deux premiers mois. La, ils prennent des cours techniques, des cours de langue locale et de culture afin de les préparer leur service à leurs sites respectifs. Langues et les leçons supplémentaires de la culture et de la langue existe aussi pendant ces deux mois dans les villages autour de Thiès, où les volontaires sont placés dans des familles d’accueils individuellement sélectionnés pour les aider à s’intégrer et à comprendre la culture sénégalaise. Après les deux premiers mois passés allers et retours entre Thiès et les familles d’accueil, les volontaires officiellement prêtent serment et ensuite sont envoyé vers les villes et villages partout au Sénégal.

Les missions des volontaires sont basées sur l’appariement entre les besoins et demandes de chaque village tout en prenant compte de leurs compétences et expériences. Dès qu’ils sont à leur site, les volontaires et les homologues communautaire travaillent ensemble à fin d’aider les populations à se former pour qu’ils puissent acquérir les compétences dont ils ont besoin. Ils sont également là pour aider à promouvoir une meilleure compréhension des Américains parmi les Sénégalais et vice versa.

Le processus de demande pour le Corps de la Paix est assez rigoureux. Chaque candidat doit passer plusieurs évaluations et entretiens.  Le temps entre la demande et la  sélection est généralement de neuf mois. Un seul candidat sur quatre devient un volontaire  – ceux qui montrent que ceux qui ont le plus de qualifications et de flexibilité sont acceptés. Les volontaires ne sont pas payés un salaire, mais  ils reçoivent une modeste allocation conformément à la taille de leur site, qui couvre le logement, la nourriture, et les voyages. A la fin de leur service, les volontaires reçoivent une petite  indemnité de réajustement pour faciliter leur retour à la vie aux États-Unis.

Répartition géographique

Le programme au Sénégal est constitué de plus de 230 volontaires basés dans toutes les régions du pays à l’exception de la Casamance.

Programmes du Corps de la Paix au Sénégal

  • Agriculture durable en milieu rural
  • L’agriculture urbaine
  • Education Environnement
  • La santé rurale
  • L’agroforesterie
  • Développement des Petites Entreprises

L’administration du Corps de la Paix

Le siège du Peace Corps Sénégal est situé à Ngor, dans Dakar. La grande équipe administrative est pour la  plupart composée de ressortissants sénégalais, d’un directeur national , d’officiers médicaux, de secrétaires de programme, directeurs interculturelle et linguistique, plusieurs assistants de programmes et de formation, d’un caissier, chauffeurs, mécaniciens et un personnel de garde, parmi d’autres postes.

Le Compact d’un montant de 540 millions de $US, signé en 2009 par le Gouvernement des Etats Unis à travers le Millennium Challenge Corporation (MCC), et la République du Sénégal vise à réduire la pauvreté et stimuler la croissance économique par le désenclavement des zones de productivités agricoles du pays et l’élargissement de l’accès aux marchés et aux services.  Le Gouvernement du Sénégal, à travers Millennium Challenge Account-Sénégal, a mis en œuvre ce programme qui devait s’exécuter en cinq (05) ans. Le Compact a pris fin le 23 Septembre 2015.

MCC Sénégal

Le Compact du Sénégal

Les deux principaux projets du Compact: La Réhabilitation des Routes, et l’Irrigation et la Gestion des Ressources en Eau, visent la modernisation du réseau routier et des systèmes d’irrigation importants, géographiquement situés dans la vallée du fleuve Sénégal et la région de la Casamance. Les priorités du Compact ont été choisies pour s’aligner aux objectifs globaux à long terme de renforcement de la croissance nationale et d’atteinte de la sécurité alimentaire.

Projet de Réhabilitation des Routes 

Le Projet de Réhabilitation des Routes a investi sur les deux axes les plus critiques du réseau routier du pays à savoir la Route Nationale 2 (RN2) et la Route Nationale 6 (RN6) qui connecte de grands centres urbain aux régions agricoles du pays.

La RN2 est à l’extrémité septentrionale du Sénégal et constitue un corridor stratégique reliant le Port de Dakar à la Mauritanie, au Mali et à d’autres grandes  villes sénégalaises. L’investissement sur la RN2 a réhabilité et a élargi 121.6 km de route de Richard Toll à Ndioum, et a construit le pont de Ndioum et ses bretelles d’accès notamment à l’ile a Morphile et au réseau routier national.

Les travaux routiers en Casamance étaient centré sur la rénovation et l’élargissement de 252 kilomètres de routes entre Ziguinchor et Kounkané, et la réhabilitation du Pont de Kolda.  La RN6 est la principale route par lequel transitent les produits agricoles de la Casamance vers le reste du Sénégal sans passer par la Gambie. Elle sert de liaison avec la Guinée Bissau, la Guinée Conakry et le Mali. A l’échéance du Compact, 64 kilomètres de la RN6 ainsi que le Pont de Kolda ont été réhabilités et le Gouvernement du Sénégal s’est engagé à achever les tronçons restants, en 2016.

Le Projet consiste à réhabiliter les routes selon les normes de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Dans la mise en œuvre du Projet, des mesures d’atténuation environnementales et sociales sont exigées par les normes MCC. Il s’agit, entre autres, d’élaborer des plans de reboisement communautaires, d’appuyer à la valorisation du bois issu de déforestation par les communautés, de mettre en œuvre un programme de sensibilisation sur le VIH/SIDA, de réinstaller ou recaser les familles affectées par les travaux de réhabilitation, de mettre en œuvre un programme de sensibilisation environnementale des communautés, de construire les marchés hebdomadaires, de construire les murs de clôture des écoles situées à moins de 50 mètres de la route.

Les investissements de MCC dans le réseau routier du Sénégal visent,  à améliorer les conditions des routes, augmenter leur sécurité et diminuer les temps et couts de transport et de permettre un meilleur acheminement des produits agricoles locaux vers les marchés nationaux et internationaux pendant toute l’année. En plus d’augmenter l’accès des producteurs et des consommateurs aux marchés, la réhabilitation des routes va accroitre l’accès des populations aux services communautaires de base, tels que les écoles et les hôpitaux.

Projet Irrigation et Gestion des Ressources en Eau

Le projet d’irrigation et de gestion des ressources en eau vise à accroitre la productivité agricole dans la vallée du fleuve Sénégal, qui est le cœur de la production rizière du Sénégal, par l’amélioration de la qualité des systèmes d’irrigation et des droits d’occupation foncière dans la zone du Delta et le Département de Podor (Ngalenka). Les investissements du Delta vont moderniser et améliorer le principal canal et le système de drainage sur 35,480 hectares afin d’accroitre le volume d’eau irrigable, intensifier les cultures  et sécuriser l’usage des terres actuellement au risque d’abandon en raison de la salinisation et de l’insuffisance de flux en eau.  La construction dans le Ngalenka d’un nouveau périmètre irrigué de 450 hectares vise aussi à accroitre la production agricole dans la zone. La réhabilitation ou construction  par le MCC de plus de  245 kms de système de canalisation va permettre aux agriculteurs d’étendre leurs cultures de riz, tomates, oignons  et légumes dans la Vallée du Fleuve Sénégal.

L’activité foncière d’accompagnement va renforcer la capacité du Gouvernement à formaliser et à gérer les droits fonciers dans les zones d’intervention du projet, et s’assurer que l’allocation des terres dans ces zones obéisse aux droits fonciers en vigueur et en même temps augmenter l’accès à la terre pour les groupes de bénéficiaires traditionnellement vulnérables, tels que les femmes et les jeunes. Plus de 10.000 parcelles de terrain, couvrant 15.000 hectares ont été incorporées dans le système de gestion  municipale  des terres.

MCC est en train de renforcer stratégiquement le potentiel économique du Sénégal à travers les investissements du Compact. Ces investissements devraient augmenter les revenus pour plus de 1,55 million de sénégalais à travers 138.000 ménages environ, améliorant ainsi la qualité de vie de leurs familles et des générations futures.