Revue annuelle conjointe du portefeuille de l’USAID Avec le gouvernement du Sénégal

Monsieur le Ministre de l’Economie et des Finances, et du Plan

Monsieur le Directeur de la DCEF (Direction de la Coopération économique et financière),

Mesdames, Messieurs les partenaires et employés des Ministères et Agences responsables de la mise en œuvre,

Mesdames, Messieurs,

C’est un réel plaisir de procéder avec le gouvernement du Sénégal à la revue du portefeuille d’aide au développement des Etats-Unis pour le Sénégal, exécuté par l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID). Au nom du gouvernement des Etats-Unis, je salue la collaboration dynamique et soutenue qui existe entre l’USAID et le gouvernement du Sénégal.

Je tiens à mentionner en particulier la réponse rapide et stratégique du Sénégal à la menace d’Ebola l’an dernier. Le leadership dont vous avez fait preuve pour l’ouverture d’un Corridor humanitaire avec les pays affectés a facilité la réponse internationale à l’épidémie et permis de contenir ce fléau en  Afrique de l’Ouest. Je voudrais vous remercier pour votre coopération et pour l’appui aux efforts de notre gouvernement.

Pour notre portefeuille régulier de développement, je tiens, au nom de toute l’équipe de la Mission américaine,  à féliciter le ministère de l’Economie, des Finances et du Plan  du travail qu’il  réalise tous les jours. Nous saluons votre travail, notamment le dialogue avec les ministères sectoriels pour faciliter la mise en œuvre des activités. Nous encourageons vivement la poursuite de ce dialogue. Nous saluons également le soutien des ministères sectoriels aux comités de pilotage qui suivent les programmes de l’USAID et qui nous ont aidés à préparer la présente revue.

Le montant total de l’aide des Etats-Unis au Sénégal par le biais de l’USAID s’est élevé en 2014 à plus de (119,5) cent-dix-neuf  millions et demi de dollars, soit (69) soixante-neuf milliards de francs CFA.

Cette aide est répartie comme suit :

  • (57) Cinquante-sept millions de dollars dans le domaine de la Santé,
  • (33) Trente-trois millions de dollars dans le domaine de la Croissance économique et de l’Agriculture,
  • (22) Vingt-deux millions et demi de dollars dans le domaine de l’Education, et
  • (7) Sept millions de dollars dans le domaine de la Bonne Gouvernance.

Depuis quelques années, l’USAID s’efforce d’utiliser les système-pays en orientant directement une partie de ses financements aux entités du gouvernement et de la société civile. Cette assistance directe aux entités sénégalaises stimule le sens des affaires et solidifie les institutions locales.

En 2014, l’appui de l’USAID au programme national de lutte contre le paludisme a contribué à diminuer de (55) cinquante-cinq pour cent la mortalité infantile des moins de (5) cinq ans. Cette baisse est l’une des plus importantes de toute l’Afrique.

Le soutien au Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP)  aide le Sénégal à se rapprocher de l’élimination de cette maladie mortelle. Au cours de la dernière saison des pluies, le PNLP a distribué un traitement antipaludéen à (6000) six cent mille enfants à Kédougou, Kolda, Sédhiou et Tambacounda. Le PNLP prévoit de faire la même chose cette année.

De même, l’élargissement de l’accès à des services de santé de qualité a connu un bond, l’année dernière avec la formation d’environ  (10 000) dix mille travailleurs de santé communautaire et l’extension des mutuelles de santé communautaire.

L’aide au ministère de la Santé et au secteur privé a entraîné une augmentation de (20) vingt pour cent de la prévalence contraceptive en seulement deux ans.

C’est un progrès notable dans l’amélioration de la santé et du bien-être de la mère et de l’enfant.

Avec le nouveau Programme d’action pour la sécurité sanitaire mondiale (GHSA), les Etats-Unis appuient la capacité de réaction du Sénégal aux épidémies. Nous nous réjouissons de la collaboration étroite avec les nombreux ministères impliqués dans la prévention, le traitement et le contrôle des épidémies.

L’Agriculture, moteur de la croissance économique et de la réduction de la pauvreté au Sénégal, constitue également l’un des grands axes des programmes de l’USAID.

A travers l’Initiative du président Obama sur la sécurité alimentaire mondiale, Feed the Future, les Etats-Unis contribuent à dynamiser la croissance du secteur agricole et à améliorer l’alimentation au Sénégal.

En 2014, plus de (78 000) soixante-dix-huit-mille foyers, soit  (113 000) cent treize mille agriculteurs, ont bénéficié de formation en technologie et gestion.

Les meilleures pratiques issues de cette formation ont permis d’avoir des ventes à hauteur de (137 000) cent trente-sept mille tonnes de céréales, pour une valeur de (11)  onze milliards de francs CFA.

Les Etats-Unis ont également contribué à accroître la résilience du secteur de la pêche face au changement climatique.

Nos programmes ont ciblé le problème de la pêche illégale et encouragé la préservation des ressources, sources de protéine, tout en dynamisant cet important secteur qu’est la pêche. En conséquence, plus de (603 000) six cent trois mille hectares de ressources maritimes et côtières font à présent l’objet d’une meilleure gestion.

Dans la droite ligne du Plan Sénégal Emergent, l’USAID a mis l’accent sur l’augmentation de la production des semences certifiées. Plus précisément, l’USAID a réuni les institutions de formation et le secteur privé afin de mettre au point un programme  de production de semences certifiées avec une composante formation des techniciens et des gestionnaires de projet de semences.

Le Programme d’eau potable et d’assainissement du Millénaire (PEPAM), est arrivé à son terme l’année dernière. Ce projet a amélioré l’accès à une source d’eau potable pour (120 000) cent vingt mille  personnes et permis à (73 000) soixante-treize mille personnes d’avoir de meilleures infrastructures sanitaires.

Le projet a permis le rapprochement de fournisseurs privés d’infrastructures d’approvisionnement en eau potable avec les clients situés dans les villages.

Notre soutien au secteur de  l’éducation appuie  la réalisation du Programme d’Amélioration de la Qualité, de l’Équité et de la Transparence (PAQUET).

En collaboration avec  le ministère de l’éducation, cet appui consiste à élaborer un plan sur les (5) cinq prochaines années qui va se concentrer sur deux objectifs principaux : la lecture dans les premières années de l’enseignement et l’amélioration de l’accès à l’éducation pour les jeunes des régions de Casamance et de Kédougou.

L’USAID continue à promouvoir la Gouvernance démocratique et la stabilité sociale, en travaillant avec ses partenaires du gouvernement et de la société civile. Notre engagement dans ce domaine appuie la mise en œuvre des réformes prioritaires, notamment des finances publiques et la tenure foncière. Il consiste aussi à appuyer l’Assemblée nationale, par exemple dans la numérisation des archives. Enfin, il soutient la société civile dans ces tâches de promotion d’une citoyenneté constructive et engagée.

En 2014, les Etats-Unis ont également octroyé au Sénégal un financement de (2,25) deux virgule vingt-cinq milliards de francs CFA au titre de l’assistance humanitaire. La majeure partie du financement a été distribuée à travers le Programme alimentaire mondial qui intervient dans les régions de Dakar, Diourbel, Fatick, Matam, Saint Louis, et Thiès.

En dépit de ces résultats substantiels, certains défis perdurent.

En matière de Santé, une gouvernance renforcée est essentielle à tous les niveaux  pour assurer la réussite de l’ambitieux programme de Couverture Maladie Universelle du Sénégal.

Le nouveau programme de l’USAID dans le domaine de l’eau et de l’assainissement est en droite ligne de la stratégie du Gouvernement.

C’est pourquoi le soutien de l’état et une bonne coordination des partenaires sont cruciaux pour la réussite  de ce programme axé sur l’engagement du secteur privé dans la fourniture des services.

Nous saluons  les réformes prévues dans le cadre de la Nouvelle Alliance qui appuie le volet agriculture du  Plan Sénégal Emergent.

Ces réformes  visent à créer un environnement des affaires propice aux investissements dans le secteur de l’agriculture. Toutefois, nous invitons le gouvernement à accélérer le rythme de ces réformes.

Les grèves répétées dans le secteur de l’Education menacent le succès de nos objectifs communs dans ce domaine. En effet, elles compromettent les chances des enfants d’acquérir des compétences et des connaissances nécessaires pour  contribuer au développement du Sénégal.

Par ailleurs, l’ambitieux programme de réforme de la décentralisation à travers l’Acte III va affecter substantiellement l’ensemble des secteurs et tout particulièrement la prestation de services. Nous encourageons le gouvernement à poursuivre la décentralisation fiscale et à habiliter les collectivités locales à diversifier leurs sources de revenus.

Merci de votre aimable attention.