L’Ambassade des États-Unis finance huit projets pour un montant de plus 36 millions francs CFA

COMMUNIQUE DE PRESSE 

L’Ambassade des ÉtatsUnis finance huit projets pour un montant de plus 36 millions francs CFA
  Mardi, 9 novembre 2021

L’Ambassadeur des États-Unis d’Amérique au Sénégal, Son Excellence Monsieur Tulinabo Mushingi, a procédé à la signature de contrats de financement pour huit (08) petits projets de développementllundi 8 novembre 2021, en présence des bénéficiaires de ces subventions. Ces projets sont financés à travers le Fonds d’Auto-Assistance « Self Help » de l’Ambassade qui apporte chaque année un appui à des initiateurs de petits projets à travers le Sénégal. 

D’un montant total de plus 36 millions 600 francs CFA (soit 65,000 dollars), ce financement permettra de construire et/ou de rénover des salles de classe, remplacer du mobilier scolaire, équiper un poste de santé, d’acheter des moulins pour le traitement des céréales, former des jeunes aux métiers agricoles et équiper un espace de rencontres communautaires pour les victimes de mines antipersonnel. 

Le fonds « Self-Help » de l’Ambassade des États-Unis d’Amérique à Dakar fournit une assistance pour des petits projets d’initiative de base. Un des éléments essentiels de tout projet « Self-Help » est l’implication de la population locale dans le financement et l’exécution du projet. Ainsi donc, la philosophie de ce programme est d’aider des communautés prêtes à s’aider elles-mêmes. C’est pourquoi le programme d’Auto-assistance au Sénégal a adopté le proverbe wolof (la langue locale la plus parlée au Sénégal) « Ndimbal na ca fékhh loxol borom » qui pourrait signifier « Aide-toi et le ciel t’aidera ». 

Cette année, l’Ambassade a financé les porteurs de projets suivants : 

  1. Le Village Pilote à Deny Biram Ndao (Région de Dakar) 

Pour un montant de plus de 4 millions francs CFA (7,550 dollars) le Village Pilote va acquérir du matériel et des équipements afin de mettre en œuvre son projet « agripreneuriat » avec les cultures biologiques sous serre pour les enfants des rues. Ce projet aidera les enfants à restaurer leur dignité, à construire un avenir meilleur et d’acquérir la capacité de devenir des contributeurs productifs pour leurs familles et leurs communautés. Le projet bénéficiera à 327 jeunes garçons. 

  1. CREATE ! Le Centre pour les énergies renouvelables et les technologies appropriées pour l’environnement (CREATE !) (Région de Fatick) 

CRATE ! collabore avec les villageois de Keur Ndiouga à Guinuinéo dans la région de Fatick pour les aider à faire face aux pénuries d’eau, de nourriture et de carburant résultant de l’impact du changement climatique. Pour un montant de plus de 2 millions 700 francs CFA (5,000 dollars)CREATE! va faciliter aux populations de Keur Ndiouga l’accès à une source d’eau pérenne pour l’agriculture et l’usage domestique tout en évitant l’épuisement des ressources naturelles. Le nombre de bénéficiaires est estimé à 1 080 villageois.

  1. Centre Social St Michel de Podor (CSSM) à Podor (Région de Saint-Louis) 

Le Centre Social Saint Michel (CSSM), organisation catholique à but non lucratif, va offrir une formation professionnelle aux jeunes filles, aux femmes et aux hommes dans le domaine de la couture dans la ville de Podor. Avec les 5 540 000 francs CFA (10,000 dollars) accordés par l’Ambassade, CSSM va construire et équiper un centre de formation professionnelle en couture. Le développement de ce projet permettra de lutter contre le chômage et de renforcer la qualification professionnelle d’environs 500 jeunes apprentis de Podor et ses villages environnants.

  1. Le Comité de Gestion de l’Ecole de Nouha Samate (Région de Sedhiou) 

L’école primaire de Nouha Samatesituée à Diaroume, a été créée en 1949. L’école est dans un état de délabrement qui a un impact important sur l’assiduité et les résultats scolaires des élèves. Le Comité de Gestion de l’Ecole va construction et réhabiliter des salles de classe et acheter du mobilier scolaire pour un montant d’environ 6 millions francs CFA (10,725 dollars) pour le bonheur de 664 apprenantsL’objectif étant l’améliorer des conditions d’apprentissage pour stimuler la performance des élèves

  1. Le Comité de Gestion de l’Ecole de Koulouck Mbada (Région de Thies) 

L’école primaire de Koulouck Mbada a été créée en 1988. Le Comité de Gestion d’Ecole s’active pour trouver des solutions à l’état de délabrement avancés des salles de classe. Le financement de 10,725 dollars va permettre de rénover des salles de classe et d’acheter du mobilier scolaireL’objectif étant d’amélioration de l’environnement scolaire et diminuer du taux d’abandon scolaire pour les 473 élèves de l’Ecole Koulouck Mbada

  1. Association de Développement du Village de Ndeukou Lamane (Région de Thies) 

L’Association de développement du village de Ndeukou Lamane a été créée en 2018. Les villageois de Ndeukou Lamane luttent pour obtenir des services de santé de base adéquats. La case de santé existante est située dans un bâtiment non conforme aux normes, avec seulement quelques lits délabrés et sans équipement ni fournitures adéquates. L’association avec plus de 2 millions 700 francs CFA (5,000 dollars) du programme Self-Help va rénover et équiper la case de santé ce qui va contribuer à l’amélioration de la qualité des services de santé de base pour plus de 214 villageois de Ndeukou Lamane.

  1. Congrégation des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée (Région de Thies) 

Les Missionnaires Oblats de Marie Immaculée sont arrivés au Sénégal en 1976. Leur engagement en milieu rural les a motivés à partager la vie des pauvres dans les campagnes et à travailler avec eux dans les domaines de la santé, de l’éducation et de la promotion de la femme. Avec les plus de 4 millions 600 francs CFA (8,400 dollars) du programme Self-Help, la Mission va acheter des moulins à mil pour alléger la charge de travail des femmes et favoriser l’autonomie économique et le bien-être social de leur communauté. Le nombre de bénéficiaires de Ngueniene et des villages avoisinants est estimé à 1 200 villageois.

  1. Association Sénégalaise des Victimes de Mines (ASVM) (Région de Ziguinchor) 

L’Association sénégalaise des victimes de mines (ASVM) a été fondée en 1999 par un groupe de survivants de mines terrestres et compte aujourd’hui plus de 400 membres. Ce groupe représente près de la moitié de tous les survivants des mines terrestres au Sénégal. L’ASVM travaille au nom des survivants des mines terrestres pour les aider à se réhabiliter et à s’intégrer socialement. L’association plaide pour le retrait des mines terrestres dans la région de Casamance où la menace demeure. Grâce au financement de plus 4 millions francs CFA (7,600 dollars) alloué par le programme Self-Help, ASVM va équiper son siège pour mener ses activités de sensibilisation dans un cadre adéquat pour les 485 victimes des mines et membres de l’association.