L’Ambassadeur Zumwalt emprunte le « Chemin de la Paix » lors de sa visite en Casamance

Ambassador Zumwalt Follows Chemin De La Paix in His Visit to Casamance

L’Ambassadeur James Zumwalt s’est rendu en Casamance du 16 au 21 novembre et a visité Ziguinchor, Samine, Kédioube, Kafountine, Oussouye et Kabrousse.

L’objectif de cette visite était d’examiner les progrès accomplis dans le cadre de projets financés par le gouvernement des États-Unis, tels que les risques liés aux mines terrestres, la construction de routes, l’éducation des enfants, la prestation de soins de santé et la création de nouvelles possibilités économiques. Avec ces projets, les États-Unis accompagnent les populations de la Casamance dans le « chemin de la paix » qu’elles ont tracé pour un avenir meilleur.

L’ambassadeur Zumwalt a attiré l’attention sur un véritable « chemin de la paix » dans le village de Samine où il a inauguré la route nouvellement reconstruite qui relie la campagne aux marchés régionaux. La route qui va de Samine à la frontière de la Guinée-Bissau fait partie des 130 kilomètres de pistes de production réhabilitées en Casamance depuis 2013 par l’ONG américaine Shelter for Life, avec un financement du département américain de l’Agriculture.

À Ziguinchor, l’ambassadeur a rencontré des femmes bénéficiaires du Projet de leadership et de journalisme civique de l’USAID, conçu pour offrir aux femmes les moyens d’acquérir les connaissances, les compétences et la confiance nécessaires pour devenir des leaders dans leurs communautés. « Les femmes fortes de la Casamance peuvent devenir des défenseurs forts du processus de paix si elles acquièrent les outils, les connaissances, les compétences et les ressources nécessaires », a déclaré l’ambassadeur. Lors de cette visite, l’ambassadeur a rencontré de nombreuses jeunes femmes qui avaient été formées pour devenir journalistes. Elles écrivent maintenant sur les questions liées au genre et qui touchent leurs communautés, ce qui leur permet d’obtenir des informations sur les droits des citoyens et d’autres questions d’actualité.

Toujours à Ziguinchor, l’ambassadeur a rencontré des partenaires d’exécution de l’USAID, dont le Synapse Center, qui œuvre depuis plus de dix ans à la paix en Casamance. Le lendemain, il a rencontré à Fogni, l’Association d’Appui aux Initiative de Paix et Développement (AIPD) pour discuter de leurs efforts pour faire baisser les taux de pauvreté et soutenir le renforcement des capacités de la société civile. L’USAID a fourni près de 1,2 million de dollars à 11 partenaires, dont l’AIPD, pour un projet de trois ans portant sur 14 forêts communautaires.

De retour à Ziguinchor, il a rencontré la Plateforme des Femmes pour la Paix en Casamance, une organisation qui travaille à unifier les associations de femmes en Casamance et qui œuvre collectivement vers la paix.
À Kabrousse, il a honoré le souvenir d’Aline Sitoé Diatta, une héroïne de la résistance casamançaise, en déposant une couronne de fleur au tombeau de sa fille unique, puis a participé à l’émission radiophonique Carrefour de la paix, sur le Zig FM.

L’ambassadeur a visité cinq fois la région de la Casamance depuis qu’il a commencé sa tournée au Sénégal, disant que c’est l’un de ses moments préférés de son travail. À la radio, il a réaffirmé l’engagement des États-Unis à aider à trouver une solution durable pour la paix en Casamance.
« Il y a quatre ans, le président Macky Sall avait invité les États-Unis à se joindre à ses efforts pour créer un espace de dialogue et de négociation. Nous respectons notre engagement à aider partout où nous pouvons être utiles dans ce travail important. Cet engagement est important pour moi en tant qu’ambassadeur des États-Unis au Sénégal. Je continue à travailler pour promouvoir le dialogue et le prochain ambassadeur des États-Unis fera de même, en partenariat avec le gouvernement du Sénégal et tous ceux qui désirent la paix », a déclaré l’ambassadeur lors de l’émission.

En partenariat avec le gouvernement du Sénégal, l’ambassade des Etats-Unis à Dakar s’efforce de maintenir ouvertes les voies de communication pour mettre fin au conflit en Casamance. Dans le cadre de cet effort, deux fonctionnaires de l’ambassade des États-Unis ont continué la pratique des représentants du gouvernement américain rencontrant le Mouvement des forces démocratiques de la Casamance pour écouter leurs points de vue sur le processus de paix.