Launch of activities of the West African Dakar Regional Centre for Leadership, As part of the initiative of young African leaders (YALI)

Monsieur le Ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction citoyenne,

Monsieur le Directeur du CESAG,

Mesdames, Messieurs les Partenaires du Secteur privé,

Chers Young leaders,

Mesdames, Messieurs,

Bonjour,

En s’adressant à un parterre de jeunes leaders africains à Washington l’été dernier, le président Obama a fait référence à son récent voyage sur le continent africain.

« J’ai vu le talent des jeunes à travers tout le continent » a-t-il déclaré, et « c’est la raison pour laquelle j’ai lancé YALI (l’Initiative des jeunes leaders africains) – pour vous aider à accéder aux ressources, à la formation et aux réseaux dont vous avez besoin pour devenir la prochaine génération de leaders dans tous les domaines : dans la société civile, dans les affaires et au sein du gouvernement ».

L’initiative YALI vise à autonomiser la jeunesse africaine – qui est bien représentée dans cette pièce aujourd’hui – pour qu’elle prenne en charge son destin. YALI permet aux jeunes de développer leurs talents, d’affiner leurs idées, d’acquérir de nouvelles compétences et en même temps d’aider l’Afrique à réaliser son extraordinaire potentiel.

Comme nous venons de l’entendre, le processus a démarré hier, avec la réunion des jeunes leaders pour examiner et affuter le programme provisoire du Centre régional ouest-africain de Dakar pour le Leadership.

Les résultats impressionnants de ces premiers membres seront incorporés dans le programme final du Centre, dont le lancement officiel a lieu aujourd’hui. Au vu de la qualité de ce rapport, je suis certain que nous pouvons attendre de grandes choses de ce centre.

Nous pouvons mieux apprécier la signification de ce Centre régional pour le leadership en nous rappelant ses origines. En effet, chaque année, cinq cents leaders brillants, déterminés et enthousiastes, âgés de 25 à 35 ans, viennent aux Etats-Unis pour suivre une formation dans de prestigieuses universités américaines grâce au programme Mandela Washington Fellowship, une composante de YALI.  L’an prochain, un  millier de jeunes du continent en bénéficieront.

Ce volet de formation recouvre aussi bien des compétences en leadership et du service communautaire sur le terrain, que des utilisations  innovantes des technologies qui servent à la prise de décision basée sur les données.

A l’issue de leur formation, les boursiers se voient proposer des opportunités de stage, de mentorat et de développement professionnel, ce qui permet à la dynamique bâtie aux Etats-Unis de se poursuivre une fois de retour dans leurs pays respectifs. Beaucoup de boursiers sont déjà devenus des forces du changement sur le continent.

L’impact initial de YALI sur l’objectif stratégique de l’Amérique d’autonomisation de l’Afrique a inspiré le gouvernement des Etats-Unis, qui a mis en place quatre Centres régionaux pour le leadership en Afrique. Contrairement aux trois autres centres régionaux du continent, celui de Dakar propose une formation en français et également en portugais.

Les quatre Centres régionaux pour le leadership en Afrique sont gérés par des institutions solides et crédibles. J’ai le plaisir de féliciter le Centre Africain d’Etudes Supérieures en Gestion– CESAG [Sehzag] – qui s’est vu attribuer la gestion de la mise en œuvre de ce projet important.

Le CESAG propose un enseignement de haut niveau à de jeunes leaders depuis une trentaine d’années et s’est imposé comme un institut phare de l’enseignement supérieur en Afrique.

En partenariat avec d’autres organisations régionales réputées, telles que le Synapse Center et le WARC (Centre de recherche ouest-africain), le CESAG capitalise sur les compétences et les acquis de toute une palette d’institutions africaines de renom. Chacune de ces organisations apporte des talents et des expériences uniques permettant de constituer une base solide pour la réussite future.

Avec ses installations pédagogiques ultra-modernes, ses laboratoires technologiques et son espace de conférence, le Centre pourra relier plus de quatre mille jeunes leaders africains, soutenant ainsi le développement de leur leadership au cours des quatre prochaines années.

En fait, il s’agit d’une époque passionnante pour tous les jeunes Africains talentueux qui développent un vaste réseau de leaders prêts à bâtir les nations auxquelles ils croient.

Dans ce Centre, des milliers de jeunes Africains vont se rencontrer – certains, en face à face, d’autres, virtuellement – ce qui constituera un véritable incubateur de nouvelles idées.

Cette dynamique permettra de démultiplier les capacités institutionnelles et humaines déjà développées à travers le secteur privé, la société civile, le milieu universitaire, les communautés et les gouvernements, promettant de devenir l’une des institutions d’enseignement et de formation les plus prisées d’Afrique pour les jeunes.

C’est un honneur d’avoir le Ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction citoyenne ici aujourd’hui pour co-présider avec moi cet évènement.

En effet, ce ministère, qui a été impliqué depuis la conception du Centre régional ouest-africain de Dakar pour le Leadership, est un allié de poids dans la promotion du leadership et de l’autonomisation des jeunes, et comme source d’idées à partir d’un laboratoire d’innovations.

Je sais, Monsieur le Ministre, que l’emploi des jeunes est l’une de vos plus hautes priorités. Je peux vous assurer que le leadership des jeunes dans l’entreprenariat sera l’un de vos meilleurs atouts pour résoudre cette question difficile.

L’évènement d’aujourd’hui me donne aussi l’occasion de saluer le gouvernement du Sénégal pour son engagement et son implication dans le développement de la jeunesse.

La spécificité des Centres régionaux de formation tient également à leur enracinement dans le modèle de partenariat public-privé qu’ils incarnent. Des partenaires du secteur privé, comme Master Card, CitiBank, Tigo et la Sonatel, ont déjà mobilisé des ressources pour contribuer à cette initiative.

Je tiens à adresser mes remerciements les plus chaleureux à toutes ces entreprises qui ont bien voulu se joindre au gouvernement des Etats-Unis dans le cadre de cette initiative,  et j’invite d’autres intervenants du secteur privé à se joindre à nos forces pour contribuer à façonner le futur leadership de l’Afrique.

Quant aux représentants des quinze autres pays couverts par cette structure, ce Centre est pour tous les jeunes de la région. Nous aurons besoin du soutien et du partenariat des gouvernements, des sociétés civiles et des secteurs privés de vos pays dans cette entreprise.

Nous dépendons de votre créativité et de votre éclairage, afin que les jeunes de la région puissent profiter pleinement de ce Centre régional de leadership.

Je n’ai aucun doute quant au succès du Centre régional ouest-africain de Dakar pour le Leadership. L’ambassade des Etats-Unis au Sénégal sera à vos côtés, tandis que vous embarquerez pour le voyage du développement du leadership des jeunes, tel que le président Obama l’a envisagé. Ensemble, nous pouvons faire de grandes choses.

Merci.