Le secrétaire Antony J. Blinken à l’Institut Pasteur de Dakar

Le secrétaire Antony J. Blinken à l’Institut Pasteur de Dakar
Département d’État des États-Unis Antony J. Blinken, secrétaire d’État
Le 20 novembre 2021
Allocution
Institut Pasteur Dakar, Sénégal

 

M. SALL : Monsieur le secrétaire, chers invités, permettez-moi de vous dire que c’est un grand honneur et un grand privilège pour nous de vous accueillir à l’Institut Pasteur de Dakar. L’Institut Pasteur de Dakar est depuis longtemps un lieu de collaboration entre les États-Unis et le Sénégal dans les domaines de la recherche, de la santé publique, de la formation, qui remonte au début des années 30 lorsque des scientifiques américains et français ont travaillé ensemble pour mettre au point le premier vaccin contre la fièvre jaune en 1937.

 

Aujourd’hui, cette collaboration est encore plus vivante et active et rassemble des scientifiques sénégalais et américains dans le cadre d’un programme majeur de recherche sur les maladies émergentes, la surveillance des épidémies et la riposte à celles-ci, d’un programme d’échange d’étudiants avec le concours des National Institutes of Health des États-Unis, des CDC américains et du département de la Santé et des Services sociaux. La COVID-19 a vraiment impacté de manière significative notre continent et reste une menace majeure pour notre avenir, car comme vous le savez, nous avons la couverture vaccinale la plus faible au niveau mondial. Cette situation a conduit notre président, M. Macky Sall, l’Union africaine et le CDC Afrique à demander à l’Institut Pasteur de Dakar de s’appuyer sur son expertise et ses quatre-vingts années d’expérience de la fabrication de vaccins pour contribuer à l’approvisionnement en vaccins contre la COVID en Afrique. C’est ainsi que nous avons lancé ce projet MADIBA il y a neuf mois.

 

Notre ambition est vraiment d’avoir un impact sur la pandémie de COVID-19 en produisant un vaccin contre la COVID en Afrique pour l’Afrique avant la fin de cette pandémie. Nous voulons également faire en sorte de disposer de capacités importantes dans la perspective de futures pandémies, de futures épidémies et aussi pour la vaccination de routine. Nous entendons vraiment nouer un partenariat avec des entreprises dans l’espace de préparation aux pandémies aux États-Unis et ailleurs, et nous souhaitons mettre en place une capacité de culture cellulaire et d’ARN messager pour de nombreux vaccins importants pour nous, l’objectif final étant de favoriser l’autonomie vaccinale de l’Afrique dans le cadre d’une collaboration au niveau régional – un objectif sur lequel travaille l’Union africaine.

 

Nous acceptons avec plaisir le soutien du gouvernement américain dans le cadre de cette mission. Alors que les États-Unis mettent en place une capacité de plus d’un milliard de doses en vue d’une future pandémie, l’IPD se tient prêt à vraiment finir une partie de ces doses pour l’Afrique. Et la nouvelle technologie de production et de finition dont nous disposons permet également une production et une distribution rapides et transformera la réponse à la pandémie maintenant et à l’avenir tout en ayant un impact sur la pandémie. L’IPD est à la recherche d’opportunités de partenariat pour obtenir la technologie et le vaccin, ainsi qu’à des fins de financement.

 

Dans cette ambition, plusieurs institutions financières, dont la Société de financement du développement international des États-Unis (DFC) grâce à une subvention initiale de 3,3 millions de dollars américains nous soutiennent déjà. Et je tiens vraiment à exprimer au nom de mes collègues et du gouvernement du Sénégal notre plus profonde gratitude à Monsieur le secrétaire pour ce soutien essentiel au progrès de notre mission. En tant que seule entité vaccinale pré qualifiée par l’OMS sur le continent africain, nous pensons que l’Institut Pasteur de Dakar est particulièrement bien placé pour contribuer à l’autosuffisance vaccinale à long terme en Afrique.

 

Et nous construisons ce MADIBA – ce projet est un véritable partenariat d’infrastructure transparent, axé sur la valeur, de haute qualité, qui contribuera à réduire les carences importantes en matière d’infrastructure dans le monde en développement, et conforme aux principes de la reconstruction en mieux. C’est pour cette raison que nous sommes vraiment impatients de travailler avec le gouvernement américain dans un proche avenir.

 

Merci beaucoup pour votre attention, Monsieur le secrétaire. (Applaudissements.)

 

MONSIEUR LE SECRÉTAIRE BLINKEN : Bonsoir à tous. Docteur Sall, merci beaucoup, non seulement pour votre allocution mais surtout pour votre direction de l’Institut Pasteur de Dakar, et aussi pour la visite des locaux et la présentation non seulement de ce que vous faites aujourd’hui, mais aussi de ce que vous allez faire

demain avec les projets d’expansion qui sont très significatifs et importants. C’est vraiment quelque chose de voir de près un endroit comme celui-ci en personne et de penser un instant aux bonds en avant miraculeux des connaissances que représente chaque vaccin produit ici, et à la capacité de ces doses à sauver d’innombrables vies – face à la fièvre jaune, à la COVID, et d’autres maladies susceptibles d’émerger à l’avenir.

 

Et j’ai aussi beaucoup apprécié, Docteur, de rencontrer des membres de votre équipe qui sont très fiers, à juste titre, du travail que vous faites. Et je sais que nous sommes impatients de faire davantage pour aider les gens non seulement ici au Sénégal, non seulement dans la région, mais dans le monde entier. Aujourd’hui, l’institut fabrique des vaccins contre la fièvre jaune, mais l’objectif principal de notre partenariat et de notre investissement dans l’Institut Pasteur est de permettre à ces locaux et à d’autres de la région d’accroître considérablement leur capacité à produire toute une gamme de vaccins, en particulier contre la COVID-19 et d’autres pandémies potentielles.

 

Le développement de ces capacités est nécessaire, voire crucial, pour renforcer la sécurité sanitaire et la future résilience à la pandémie, non seulement au Sénégal mais sur tout le continent. L’Afrique importe actuellement 99 pour cent de ses vaccins. C’est aussi la région avec le taux le plus bas, comme nous l’avons entendu, de vaccination contre la COVID-19 dans le monde. En augmentant la production de vaccins en Afrique, nous en augmenterons la production globale, mais nous rendrons également plus facile, plus efficace et plus efficiente la distribution des vaccins sur l’ensemble du continent. Et cela va tout simplement sauver des vies.

 

C’est pourquoi la Société de financement du développement international des États-Unis, ou DFC, s’associe à des partenaires européens et sénégalais pour investir dans la transformation de l’Institut Pasteur en un pôle de fabrication de vaccins. Nous avons mobilisé 3,5 millions de dollars pour accroître la production de vaccins ici. Nous travaillons pour mobiliser davantage de financements de la part de partenaires privés et publics. Cette contribution s’inscrit dans le cadre d’un engagement de 16 millions de dollars pris avec des partenaires de l’Union européenne, de la Banque européenne d’investissement, de la France, de l’Allemagne, de la Société financière internationale et du Sénégal.

 

Alors que nous renforçons ces capacités, la communauté internationale doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour sauver des vies maintenant. Un élément clé à cet effet est d’assurer une distribution plus équitable des vaccins dans le monde. En Amérique du Nord et en Europe, plus de la moitié de la population est entièrement vaccinée. En Afrique, encore une fois, comme nous l’avons dit, c’est le cas de moins de 10 pour cent de la population. Nous devons nous unir pour combler ce fossé. Il s’agit d’une obligation morale de justice. Et nous savons également que laisser le virus se propager où que ce

soit risque de conduire à l’émergence de nouveaux variants, une menace pour le monde entier.

 

Les États-Unis font pression sur la communauté internationale pour qu’elle intensifie la production de vaccins, honore les engagements que les pays ont déjà pris et fasse preuve de plus d’ambition collective pour mettre fin à ce fléau. C’est le seul moyen d’atteindre l’objectif de l’OMS de vacciner au moins 70 pour cent du monde d’ici à l’automne prochain dans chaque pays à tous les niveaux de revenu au sein de ces pays.

 

J’ai invité mes homologues, d’autres ministres des Affaires étrangères, dont mon amie ici présente, à la toute première réunion des ministres des Affaires étrangères sur la lutte contre la pandémie il y a à peine une semaine. Il faut que toutes les composantes de nos gouvernements respectifs – des ministres des Affaires étrangères aux ministres du Développement, en passant par ceux des Finances, de la Santé comme Abdoulaye Diouf Sarr ici, et qui est ici aujourd’hui, je pense, avec nous – se mobilisent dans le cadre de ce combat avec l’industrie, avec la société civile, avec les philanthropes, avec les leaders communautaires.

 

Les États-Unis se sont engagés à mener par l’exemple. Vous le voyez dans les investissements que nous réalisons ici à l’Institut Pasteur. Vous le voyez dans plus d’un million de doses de vaccins sûres et efficaces que nous avons envoyées au Sénégal gratuitement et sans conditions, dans les plus de 250 millions de doses que nous avons partagées dans le monde, et les plus de 1 milliard de doses que nous donnerons d’ici le début de l’année prochaine, au premier semestre 2022. Vous le voyez également dans les quelque 10 millions de dollars d’aide à la lutte contre la COVID-19 que nous avons envoyés ici au Sénégal et les plus de 5,5 millions contribués par nos Centres pour le contrôle et la prévention des maladies.

 

Ces ressources, entre autres, ont permis de financer des campagnes sur les réseaux sociaux pour apprendre aux gens à se protéger contre le virus, de consolider la chaîne du froid dans ce pays, et de disposer des capacités de stockage nécessaires pour que les vaccins soient efficaces jusqu’à ce qu’ils soient effectivement injectés. Nous le voyons également dans les milliards que le gouvernement des États-Unis investit pour élargir notre capacité de fabrication de vaccins afin que nous puissions produire au moins un milliard de doses par an à partir du second semestre 2022.

 

Maintenant, il s’agit en partie, bien sûr, de mettre fin à la pandémie actuelle, en sauvant des vies dès maintenant. Mais il s’agit également d’investir dans la sécurité sanitaire et des systèmes qui permettront de détecter, de prévenir et de répondre à la prochaine épidémie de maladie infectieuse, que ce soit ici, que ce soit aux États-Unis, ou où que ce soit dans le monde.

 

Et c’est là la préoccupation à laquelle répond le programme Integrated District Health que nous avons annoncé le mois dernier seulement et qui investira plus de 55 millions de dollars dans le système de santé publique du Sénégal. C’est le plus grand projet jamais entrepris par l’USAID dans ce pays. Son objectif est de renforcer les services de santé aux niveaux des districts et des régions afin que les habitants de toutes les régions du pays aient accès à des soins de qualité et abordables. Et nous rassemblerons tous ces soins sous un même toit, de la santé maternelle et infantile à la nutrition en passant par la planification familiale.

 

Voici le résultat des systèmes que nous construisons, des systèmes comme ceux-ci : non seulement ils améliorent la santé globale, ce qui est fondamental pour le développement et sauver des vies, mais quand ces services suscitent la confiance, quand ils sont capables et efficaces, quand ils sont bien dotés en personnel, ils permettent de disposer de centres de soins essentiels en cas de crise, qu’il s’agisse une pandémie, qu’il s’agisse d’une catastrophe naturelle, qu’il s’agisse d’un conflit.

 

Louis Pasteur, dont cet institut porte le nom, a dit un jour : « La science ne connaît pas de patrie parce que le savoir est le patrimoine de l’humanité, le flambeau qui éclaire le monde. » Il y a à mon avis peu de démonstrations plus claires de cette idée que la pandémie actuelle et notre réponse à celle-ci. J’en veux pour exemple la coopération sans précédent entre les scientifiques qui ont partagé des centaines de séquences de génomes viraux entre les institutions et les pays. Cette recherche a rendu possible la découverte de plusieurs vaccins sûrs et efficaces en un temps vraiment record. Le tout premier vaccin contre la COVID-19 approuvé par l’Organisation mondiale de la santé a été mis au point par un médecin né en Turquie qui a grandi en Allemagne et a cofondé une société pharmaceutique européenne, et cette société s’est associée à une société américaine pour créer le vaccin.

 

À l’heure actuelle, ce vaccin et d’autres vaccins sûrs et efficaces comme celui-ci sont produits à New York, à Mayence, à Pune. Imaginez que ces vaccins soient également produits à Sao Paulo et à Bangkok, et ici même à Dakar. C’est ainsi que la sécurité sanitaire mondiale progressera. C’est ce pour quoi nous œuvrons ici avec nos partenaires au Sénégal, et grâce à cela, les populations du monde entier seront plus en sécurité et en meilleure santé.

Merci beaucoup. (Applaudissements.)

Voir le contenu d’origine : https://www.state.gov/secretary-antony-j-blinken-at-the-institute-pasteur-of-dakar/
Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original