Ouverture de l’Atelier de formation sur le droit international des Pêches

Monsieur le Ministre de la Pêche et de l’Economie maritime (TBC),

Chers Participants,

Mesdames, Messieurs,

Je suis ravi de me joindre à vous aujourd’hui pour procéder à l’ouverture de cet Atelier de formation sur le droit international des pêches. Je trouve formidable que nous ayons des participants d’autres pays d’Afrique de l’Ouest. Ce programme de formation représente une fabuleuse collaboration entre les Etats-Unis et la Commission sous-régionale des Pêches (CSRP), qui relève de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (la FAO). Merci à ces deux partenaires.

J’espère que cet atelier de formation juridique va renforcer vos connaissances du droit international en matière de pêche. Il vous permettra également – en tant que membres du secrétariat de la CSRP, pays membres et gouvernements impliqués dans la collaboration à l’échelle régionale – d’informer les acteurs de la pêche qui opèrent dans vos eaux sur les droits et les obligations en matière de droit international. Enfin, cela permettra à vos gouvernements de faire respecter ces droits.

La pêche illégale menace les écosystèmes des océans, la viabilité des pêches et les économies nationales. Nous partageons les préoccupations de l’Afrique de l’Ouest concernant l’impact de la pêche illégale. D’aucuns ont estimé la valeur des captures de pêche illégales en Afrique de l’Ouest à plus de cent millions de dollars par an. La pratique de la pêche illégale a également un impact sur la santé et la sécurité alimentaire, en diminuant les sources d’alimentation dont a besoin une Afrique de l’Ouest en pleine croissance. Et  cela affecte l’équilibre écologique de votre pays, une question qui est également d’une importance capitale.

Par le biais de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA), le gouvernement des Etats-Unis se réjouit d’aider les experts régionaux à acquérir de nouvelles compétences pour lutter contre la pêche illégale. La collaboration au niveau régional est le meilleur moyen de traiter un problème de grande ampleur  qui ne peut être résolu par un pays tout seul.

Pour terminer, je voudrais remercier le Ministre de la Pêche et de l’Economie maritime du Sénégal de sa présence parmi nous aujourd’hui à l’ouverture de cet atelier.

Enfin, je tiens à saluer chacun d’entre vous. Votre participation à cet atelier renforce les protections de l’industrie de la pêche sénégalaise – une industrie qui est vitale pour le développement et le bien-être de votre pays.

Merci.