Vernissage de l’exposition permanente sur la musique traditionnelle des Sérères Nones Jeudi 3 mars 2016 à 14 H 30 à la Gouvernance de Thiès

L’Ambassade des États-Unis d’Amérique au Sénégal et le Ministère de la Culture procéderont au vernissage de l’exposition permanente sur la  musique traditionnelle des Sérères Nones. La cérémonie aura lieu à la Gouvernance de Thiès le jeudi 3 mars 2016 à 14 h 30.

La presse est cordialement invitée à couvrir cet évènement.

En 2013, dans le cadre du Fond des Ambassadeurs pour la Préservation Culturelle, le Musée de Thiès a bénéficié d’une subvention de près de 10 millions de F.CFA pour la préservation et la documentation de la musique traditionnelle des Sérères Nones.

Le projet du Musée de Thiès consistait entre autres à:

  • créer une base de données sur la musique traditionnelle des Sérères Nones;
  • enregistrer et archiver plus de 40 chansons;
  • réfectionner et créer quelques instruments traditionnels de musiques;
  • créer une page web logée dans le site du Musée de Thiès;
  • produire 500  DVDs et CDs contenant des enregistrements de chaque chanson rituelle du patrimoine musical des Sérères Nones.

Le Fond des Ambassadeurs pour la Préservation Culturelle est administré par le département d’État.  Il a été créé en 2001 par le Congrès pour témoigner le respect des États-Unis à l’égard de l’héritage culturel de tous les peuples et apporter un soutien à la conservation du patrimoine culturel mondial.

Depuis sa création, en dehors du Musée de Thiès, les institutions sénégalaises qui ont bénéficié du Fonds sont:

  • le Musée de la Femme Henriette Bathily en 2007: dotation de 28 550 dollars pour la préservation des différentes collections de l’héritage culturel de la femme sénégalaise;
  • la Fondation Léopold Sédar Senghor en 2006: dotation de 18 128 dollars pour la rénovation et la préservation de l’exposition permanente sur la vie et l’œuvre de Léopold Sédar Senghor;
  • l’Institut Fondamental d’Afrique Noire (IFAN) 2004: dotation de 29 516 dollars pour la préservation et la documentation d’une collection de près de 10 000 pièces issues de toute la sous-région ouest-africaine.