Point de Presse Numérique sur les Dons de Vaccins Contre la COVID-19 des États-Unis à l’Union africaine 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 

Point de presse numérique sur les dons de vaccins contre la COVID-19 des États-Unis à l’Union africaine

Département d’État des États-Unis
Centre médiatique régional pour l’Afrique
Gayle E. Smith, coordinatrice de la réponse mondiale à la COVID-19 et de la sécurité sanitaire au département d’État et Akunna Cook, sous-secrétaire d’État adjointe aux Affaires africaines 

EXTRAITS

Modératrice : J’aimerais souhaiter la bienvenue à nos participants de tout le continent et vous remercier tous de participer à cette discussion. Nous avons le grand plaisir de nous trouver aujourd’hui en compagnie de Gayle E. Smith, coordinatrice de la réponse mondiale à la COVID-19 et de la sécurité sanitaire du département d’État, et d’Akunna Cook, sous-secrétaire d’État adjointe aux Affaires africaines. Mesdames Smith et Cook nous parleront des partenariats et du leadership et des contributions des États-Unis dans le cadre de l’effort mondial de lutte contre la pandémie de COVID-19, et en particulier du récent don à l’Union africaine par les États-Unis d’environ 25 millions de vaccins contre la COVID-19. (…)

À titre de rappel, l’appel d’aujourd’hui est officiel. Sur ce, je vais passer la parole à Gayle Smith, coordinatrice de la réponse mondiale à la COVID-19 et de la sécurité sanitaire du département d’État pour son allocution d’ouverture.

Mme Smith : Merci beaucoup, et bonjour à tous. Et merci pour tout le travail vraiment important que vous faites. Votre travail de journaliste est vraiment, vraiment vital

pendant une crise comme celle-ci et nous vous sommes donc vraiment reconnaissants pour ce que vous faites.

J’ai le plaisir d’être ici avec ma collègue de l’équipe qui travaille à la réalisation de l’engagement du président Biden en matière de partage de vaccins dans le monde entier. Comme vous venez de l’entendre, et comme beaucoup d’entre vous le savent puisque les vaccins commencent à arriver en Afrique maintenant, nous livrons actuellement 25 millions de doses en étroite collaboration avec l’Union africaine, les gouvernements et le dispositif COVAX, pour les mettre à disposition sur le terrain le plus rapidement possible. J’ai également le plaisir de vous annoncer que les doses que le président a promises juste avant le G7, soit 500 millions de doses du vaccin Pfizer, commenceront également à être livrées en août, et qu’une grande partie d’entre elles seront également déployées en Afrique.

Nous sommes donc heureux de travailler avec des partenaires en Afrique – encore une fois, les gouvernements, la société civile, les travailleurs et les organisations de la santé, l’Union africaine compte tenu de son rôle de premier plan, les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies, pour y déployer ces vaccins le plus rapidement possible. Parce que nous sommes bien conscients que la couverture est faible, que cette troisième vague est intense, que le variant Delta est particulièrement agressif, et nous devons faire tout ce que nous pouvons en partenariat avec les populations et les gouvernements d’Afrique pour diffuser ces vaccins.

Je vais donc m’arrêter là et dire que nous sommes vraiment impatients de répondre à vos questions. Et merci encore d’avoir couvert ces questions importantes.

Mme Cook : Bonjour à ceux d’entre vous ici à Washington, et bonsoir à ceux d’entre vous dans le monde entier qui se joignent à nous pour l’appel d’aujourd’hui du centre médiatique régional sur les dons de vaccins contre la COVID-19 des États-Unis à l’Afrique. Comme Marissa l’a mentionné, je m’appelle Akunna Cook et je suis sous-secrétaire d’État adjointe, et la sécurité sanitaire relève de mon portefeuille pour tout le pays.

Je sais que beaucoup d’entre vous ont des questions sur la réponse mondiale des États-Unis à la COVID-19 et sur l’état d’avancement de nos plans de partage des vaccins, en particulier en Afrique. Et je dirai que nous sommes heureux de mettre des doses de vaccins sûres et efficaces à la disposition de l’ensemble de l’Afrique et du monde, et les premiers vaccins seront livrés à Djibouti, en Éthiopie, au Burkina Faso, en Gambie et au Sénégal, et beaucoup d’autres seront livrés plus tard cette semaine et au cours des semaines et des mois à venir. Et ce n’est là que le début.

Notre réponse n’est que la dernière en date de la longue histoire de coopération des États-Unis avec les partenaires africains au service de la sécurité sanitaire de l’Afrique, que ce soit par le biais du PEPFAR, de l’Initiative présidentielle contre le paludisme, du Programme de sécurité sanitaire mondiale (Global Health Security Agenda) en ce qui concerne l’Ébola, la santé maternelle et infantile et tant d’autres domaines. Tout cela s’inscrit dans le cadre de notre engagement envers l’infrastructure de santé de l’Afrique, une infrastructure qui facilite notre réponse aux exigences de cette riposte à la COVID.

D’importants investissements américains dans le domaine de la santé en Afrique subsaharienne, de plus de 100 milliards de dollars au cours des 20 dernières années, ont sauvé des millions de vies, mais surtout, ont renforcé la résilience des systèmes de santé. Environ les deux tiers de l’aide étrangère des États-Unis à l’Afrique restent centrés sur le secteur de la santé. L’Afrique est une priorité pour cette administration, et nous sommes fiers de la résilience dont les nations africaines ont fait preuve face à cette pandémie. Nous restons déterminés à devenir – à rester un partenaire de premier plan dans la réponse des pays africains aux pandémies et aux épidémies de maladies infectieuses.

Et là-dessus, je vous remercie et c’est avec plaisir que je répondrai à vos questions.

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.