Renforcement de la sécurité maritime régionale Lancement à Dakar de l’exercice naval « Obangame / Saharan Express » 2016

De gauche à droite Mme Sandra Clark, Chargé d’Affaires a.i. de l’Ambassade des États-Unis à Dakar, le Contre-amiral Cheikh Bara Sissoko, Chef d’État-major de la Marine nationale, et le Vice-Amiral James G. Foggo de la 6ème flotte de l’US Command.

Le premier exercice combiné «Obangame/Saharan Express 2016 » a été officiellement lancé, ce jeudi 17 mars 2016, à la Base navale de la Marine nationale sénégalaise, par les autorités des pays participants et observateurs de l’exercice. La cérémonie a été présidée par Mme Sandra Clark, Chargé d’Affaires a.i. de l’Ambassade des États-Unis à Dakar, le Contre-amiral Cheikh Bara Sissoko, Chef d’État-major de la Marine nationale, le Vice-Amiral James G. Foggo de la 6ème flotte de l’US Command, et le Général de Brigade Birame Diop, Chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air sénégalaise.

Mis en œuvre par le Commandement des États-Unis pour l’Afrique (AFRICOM), « Obangame / Saharan Express » a débuté ce 17 mars 2016 aux larges des côtes sénégalaises et tout au long du Golfe de Guinée. Cet exercice naval est conçu pour améliorer la coopération régionale, la connaissance du domaine maritime, le partage d’informations et l’expertise d’interdiction tactique afin de contrer les activités illicites en mer.

Son but est de tester les forces maritimes multinationales dans un large éventail d’opérations navales en vue d’accroître leur capacité, en tant que collectif, pour permettre aux pays du  Golfe de Guinée de dissuader la piraterie, le trafic illicite et d’autres menaces maritimes. L’exercice aura lieu tout au long du Golfe de Guinée et aura des centres d’opérations maritimes terrestres à travers la région.

Dans son discours d’ouverture, Madame le Chargé d’Affaires a.i. insisté sur le rôle de l’exercice dans le renforcement de la sécurité régionale et l’importance de la coopération internationale. Elle a déclaré : « les compétences qui seront acquises ici renforceront de manière considérable la sécurité future du domaine maritime ouest-africain. Les questions touchant au domaine maritime nous affectent tous, et exigent une solution coopérative. Ceux qui sont engagés dans la pêche illégale, la pollution, le trafic de drogues, le trafic d’armes et la traite des personnes, passent et repassent à travers les frontières maritimes nationales. Les pirates attaquent des marchands internationaux. Pour s’assurer qu’il n’y a pas de zone sûre pour les criminels, les pays doivent échanger régulièrement des informations avec leurs voisins sur des contrevenants connus ou suspectés ».

Dans le passé, « Obangame Express » et « Saharan Express » étaient deux exercices bien distincts qui ont eu lieu dans différentes régions de l’Afrique de l’Ouest, tous les deux étant à leur sixième édition.  Cette année, ils ont été combinés pour développer le renforcement de capacités pour plus de partenaires à travers l’Afrique de l’Ouest.

Le Vice-Amiral James G. Foggo a indiqué que « Obangame / Saharan Express » est une opportunité de rassembler des forces africaines, européennes, de l’Amérique du sud, et des États-Unis – tous font partie du réseau global des Marines, the Global Network of Navies – afin d’améliorer nos capacités et compétences en commun ».

Une  trentaine de pays participe à l’exercice de cette année :  Angola, Belgique, Bénin, Brésil, Cabo Verde, Cameroun, Côte d’Ivoire, République Démocratique du Congo, Danemark, Guinée Equatoriale, France, Gabon, Allemagne, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Liberia, Mauritanie, Maroc, Pays-Bas, Nigeria, Portugal, République du Congo, Sao Tome et Principe, Sénégal, Sierra Léone, Espagne, Afrique du Sud, Togo, Turquie, États-Unis et Royaume-Uni, ainsi que la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et la Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale  (CEEAC).

L’exercice «Obangame/Saharan Express 2016 » sera clôturé le 27 mars prochain par un symposium à Douala, au Cameroun.