Allocution du Premier conseiller de l’Ambassade des Etats-Unis, Madame Sandra Clark

Mesdames, Messieurs les Représentants des Ministères et des Services techniques,

Chers Participants,

Mesdames, Messieurs,

Bonjour. Je voudrais tout d’abord vous souhaiter la bienvenue et vous remercier d’avoir pris le temps d’assister à cette importante réunion en dépit de vos emplois du temps chargés. Cet évènement constitue un jalon essentiel dans l’élaboration d’une feuille de route pour les investissements dans le secteur de la santé en Afrique de l’Ouest.

Je me réjouis de l’organisation au Sénégal de cette réunion du Programme de sécurité sanitaire mondiale (GHSA) par le gouvernement des Etats-Unis, à travers l’Agence des Etats-Unis pour le Développement international (l’USAID), le département d’Etat, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) et l’Agence de défense pour la réduction des menaces (DTRA).

Cette réunion témoigne de l’engagement des Etats-Unis à rendre le monde plus sûr, avec une meilleure réponse en cas de menace de maladie.

Dans son discours devant l’Assemblée générale des Nations Unies en 2011, le président Obama a invité tous les pays à joindre leurs efforts pour prévenir, détecter et combattre les menaces biologiques avant qu’elles ne deviennent des épidémies.

Le Sénégal a un rôle spécial à jouer en collaborant avec le gouvernement des Etats-Unis à l’avancement du Programme de sécurité sanitaire mondiale. En effet, le GHSA offre au Sénégal de nouvelles possibilités en matière de renforcement des systèmes de santé, ainsi que de prévention et de réduction du risque d’éclosion des maladies dans le futur.

Au cours de l’année dernière, nous avons pu voir le Sénégal protéger avec succès le pays contre la menace d’Ebola. Le gouvernement des Etats-Unis est fier d’avoir été un partenaire et d’avoir collaboré à cet effort. Ainsi, les relations déjà bien ancrées entre les Etats-Unis et le Sénégal se sont encore renforcées et ont évolué.

Une réponse rapide aux menaces de maladies nécessite une collaboration internationale, multisectorielle. C’est pourquoi nous sommes ici aujourd’hui. Ensemble, nous pouvons coordonner nos actions afin de prévenir les épidémies, détecter les menaces biologiques et créer une feuille de route pour le Programme de sécurité sanitaire mondiale au Sénégal pour les cinq prochaines années.

Des progrès ont été faits pour tendre vers un système complet, global, pour répondre aux menaces biologiques. Toutefois, il reste encore beaucoup à faire pour atteindre les objectifs fixés par le Programme de sécurité sanitaire mondiale.

Comme le secrétaire d’Etat John Kerry l’a précisé, le renforcement à long terme des capacités dans le secteur de la santé en Afrique de l’Ouest est une priorité de sécurité stratégique. Une crise de santé mondiale est une attaque contre les infrastructures humaines, qui provoque de l’instabilité et fait reculer le progrès pour tous.

Je suis certaine que les discussions d’aujourd’hui permettront de  stimuler l’utilisation des ressources du Programme de sécurité sanitaire mondiale (GHSA) pour aider le Sénégal à renforcer certains domaines, comme la surveillance intégrée des maladies et les capacités des laboratoires.

Je vous remercie de votre participation à ces discussions et je suis certaine que vous apporterez des contributions à la feuille de route du GHSA et que vous vous engagerez à transformer vos idées en action.