Atelier sur l’assurance agricole indicielle

La directrice de l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) au Sénégal, Mme Susan Fine,  a pris part, le mercredi 1ier avril 2015, à la journée-atelier sur l’Assurance Agricole Indicielle au Sénégal, une forme  d’assurance qui est appropriée compte tenu des fortes variations du régime des précipitations et des températures qui mettent en péril la production agricole et les sources de revenus et le bien-être d’une partie non négligeable de la population sénégalaise.

Au Sénégal, moins de cinq pour cent des terres cultivables sont sous irrigation. La production agricole est exposée à une incertitude croissance due à une forte variabilité des paramètres climatiques tels que les précipitations et les es températures

L’USAID, en soutien aux efforts du gouvernement du Sénégal qui a beaucoup facilité l’utilisation d’instruments d’assurance aux différents niveaux micro, meso et macro, a investi dans le développement du marché de l’assurance agricole.

L’assurance agricole soutient la résilience aux chocs récurrents, permet à l’agriculture de faire face à la péjoration climatique et renforce les actions de développement sur le long terme.

« L’assurance agricole est de plus en plus considérée comme un outil stratégique face au changement climatique. Elle joue le rôle d’un instrument de gestion du risque climatique à de multiples échelles » a déclaré Mme Susan Fine, directrice de l’USAID/Sénégal, à l’ouverture de l’atelier.

Combinée avec d’autres outils tels que le crédit, l’épargne et les activités de l’Agriculture Intelligente face au Climat (AIC), l’assurance agricole peut aider à promouvoir la prise de risque avec prudence, à soutenir la résilience aux chocs récurrents, permettant ainsi à l’agriculture de faire face à la péjoration climatique, avec comme objectif ultime de renforcer les actions de développement sur le long terme.« Bien que les avancées réalisées dans l’AIC sont à applaudir, il  reste beaucoup à faire pour pérenniser les gains et faire progresser le développement du marché de l’assurance agricole au Sénégal », a souligné Mme Fine.

C’est dans ce cadre que cet atelier a été organisé pour permettre aux principaux acteurs du secteur de l’assurance agricole au Sénégal de faire le point sur les progrès réalisés et de partager les expériences.

L’atelier avait aussi pour objectif  de lever les contraintes et les défis au secteur ; identifier les possibilités d’harmonisation, de collaboration et de mise à l’échelle.

Deux projets de l’Initiative alimentaire pour l’avenir (Feed the Future)  interviennent dans l’assurance agricole indicielle. Il s’agit du  Projet Croissance Economique (USAID/PCE) et du projet USAID/Yaajeende. Le projet USAID/Yaajeende ou projet pour le Développement agricole, et la Nutrition intervient dans le cadre non seulement de la sécurité alimentaire mais aussi de la résilience agricole et de la croissance économique, dans un pays qui a une agriculture majoritairement pluviale, tournée vers la subsistance.  De même, le Projet 4R de Résilience Rurale, financé au niveau central, à partir de l’USAID/Washington est mis en œuvre au Sénégal.

A titre d’exemple, le Programme de résilience rurale, 4R, en combinant quatre stratégies de gestion du risque (assurance, meilleure gestion des ressources naturelles, accès au crédit et constitution d’épargne) a été un pionnier dans le secteur.  Il permet aux plus démunis d’acquérir une prime d’assurance pour rémunérer leur travail, en cas de catastrophe avec pour objectif de les amener à s’émanciper dans le cadre d’une résilience à long terme.

Quant au projet USAID/PCE, il a permis de renforcer le réseau existant de pluviomètres avec l’installation de 19 unités équipées de panneaux solaires et de systèmes de transmission GPRS.

Au total, 1471 producteurs (769 pour le maïs et 702 pour le mil) se sont assurés pour un total de plus de 18 millions de francs CFA en primes (hivernage 2014/2015). Cela leur a permis de couvrir un capital de 137 millions équivalent à une superficie de 2011 ha, avec l’appui de l’USAID/PCE.  A cause de la nature catastrophique de l’hivernage 2014,  853 producteurs ont été indemnisés pour un montant global de plus de 23 millions de francs CFA.

En outre, le projet USAID/Yaajeende a introduit le Paquet Risque Zéro auprès des producteurs vulnérables, combinant divers intrants fournis par un réseau de prestataires de services locaux et les bonnes pratiques agricoles à l’assurance.

Malgré les périodes de sècheresse observées en 2014, les producteurs ayant adopté le Paquet Risque Zéro dans les régions de Matam, Kolda, Kédougou et le département de Bakel ont vu leurs récoltes s’améliorer par rapport aux années précédentes.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter Zack Taylor rztaylor@usaid.gov Tel : 77 644 69 28 ou Aissa Dabo adabo@usaid.gov Tel : 77 418 36 62.